Il ne faut pas vendre la peau des Grizzlies

Il ne faut pas vendre la peau des Grizzlies

Publié le , modifié le

Menés 3-1 dans leur série par les Clippers, les Grizzlies sont parvenus à égaliser grâce à leur succès sur le parquet de Los Angeles au terme d'un match extrêmement serré (88-90) et à arracher un match 7 décisif qu'ils auront l'avantage de jouer à domicile. Une fois encore, le collectif de la franchise du Tennessee a prévalu sur les individualités des Clippers, Paul et Griffin, toutes les deux blessés.

Memphis tient la route. Plusieurs fois le dos au mur, les Grizzlies se sont toujours accrochés pour ne pas devenir une espèce en voie d'extinction. Comme souvent, ils se sont appuyés sur leurs deux hommes forts, Zach Randolph et Marc Gasol, pour faire la différence dans les moments cruciaux. L'Espagnol s'est ainsi fendu de 23 points et 9 rebonds alors que son coéquipier compilait 18 points et 16 rebonds. "Les grands joueurs se distinguent dans ces grands matches où ils ont le dos au mur et c'est ce que nous avons fait", a déclaré Randolph.

Les Clippers ont joué avec leurs deux principaux joueurs diminués par des pépins physiques: l'ailier Blake Griffin (genou gauche) a fini meilleur marqueur de l'équipe avec 17 points, 5 rebonds, 6 passes alors que le meneur Chris Paul (doigt, hanche) s'est contenté de 11 points, 5 rebonds, 7 passes. Alors que les Clippers menaient de 8 points à 8 minutes de la fin, Memphis a marqué 10 points consécutifs en moins de deux minutes pour reprendre les commandes de la rencontre et ne plus les lâcher. "Nous nous battrons, nous aurons faim et nous ne lâcherons rien", a promis l'entraîneur des Clippers Vinny Del Negro en vue de dimanche. Le vainqueur de cette série du 1er tour en Conférence Ouest affrontera au 2e tour San Antonio, tête de série N.1 et qualifié depuis lundi après avoir sévèrement éliminé Utah sur le score de 4 victoires à 0. La saison dernière, les Spurs, déjà N.1 à l'Ouest, avaient été éliminés dès le 1er tour par Memphis, qu'ils pourraient bien retrouver cette année pour une revanche.

Julien Lamotte