Panagiotis Yannakis donne ses consignes
Panagiotis Yannakis donne ses consignes | PHOTOPQR/POPULAIRE DU CENTRE

Hold-up à Limoges !

Publié le , modifié le

Beaublanc est habitué des grandes victoires mais celle-là va rester dans les mémoires cette saison. Le CSP 2012-13 n'a pas le talent de ces aînés mais il a son coeur. Menés de sept points à trente secondes de la fin, les Verts sont revenus du diable vauvert pour arracher la victoire 67-66 sur Poitiers grâce à un tir primé de McAlarney. C'est la première victoire de Limoges à domicile cette saison et la première face aux Poitevins en Pro A.

Les joueurs de Poitiers risquent d'en faire des cauchemars. Eux qui avaient tout fait pour bâillonner le bouillant public limougeaud. A trente secondes près, ils avaient réussi leur mission et prolongé leur invincibilité face au CSP dans l'élite.En tête quasiment tout le match, Poitiers avait su résister au retour des locaux dans le dernier quart. Sorti de son mutisme, Gray avait dégainé comme un fou à trois points et passé quinze points en huit minutes. Beaublanc avait cru au retour des siens à 59-63 (39e) après une partie complètement ratée où les Verts payaient logiquement leur 21 pertes de balles et leurs errements tant offensifs que défensifs. Sans Evtimov et Mikopa, le CSP avait des circonstances atténuantes mais n'avaient pas le droit de perdre ses nerfs comme en première période où il fût sanctionné de trois fautes techniques pour contestation. A côtés de leurs pompes, les Limougeaud n'en gardaient pas moins la foi. Au courage et avec la force du désespoir, il allait revenir de l'enfer et plonger Poitiers dans le sien.

McAlarney crucifie Poitiers

Tentant le tout pour le tout, Nobel Boungou Colo (21 pts) ramenait son équipe à 4 pts à cinquante secondes de la fin (62-66). Envoyé sur la ligne des lancers, Ahmad Nivins ratait ses deux tentatives alors qu'il avait inscrit 17 pts dans ce match. Le CSP avait encore une petite chance de revenir. Wanamaker marquait à l'intérieur mais il restait une poignée de secondes et le ballon dans les mains du PB 86. Sous la pression défensive, les Poitevins perdaient le ballon et se repliaient pour protéger leur panier. Libre en tête de raquette, McAlarney avait alors tout son temps pour ajuster un ultime tir primé à deux secondes du buzzer (67-66). La salle exultait devant ce succès miraculeux, le premier de Limoges dans sa salle cette saison.