Christian Monschau donne ses consignes
Christian Monschau (Gravelines) donne ses consignes | PHOTOPQR/VOIX DU NORD TEAMSHOOT

Gravelines lance le sprint

Publié le , modifié le

A sept journées du verdict de la fin de la saison régulière, il ne fait guère de doute que les deux premières places de Pro A seront prises par Gravelines et Chalon. L'enjeu est de taille car il donne l'avantage du terrain jusqu'à la finale à Bercy. Ce soir, le BCM aura l'occasion d'écarter l'un des derniers prétendants, Orléans, actuel 3e à quatre victoires derrière. Mais l'Entente est solide à domicile avec une seule défaite cette saison.

A l'aller, le 16 décembre, Gravelines avait impressionné en s'imposant de 24 points et a enchaîné ensuite sur dix victoires en onze matches de ProA. Pour le pivot orléanais David Monds, les clés sont simples : "Il faudra jouer dur avec de l'intensité et prendre du plaisir. Ne pas penser qu'ils sont premiers mais jouer au basket pendant 40 minutes." Cette intensité est toutefois la marque de fabrique des hommes de Christian Monschau qui sont à un moment crucial de la phase retour. En attendant le choc décisif face à Chalon lors de la dernière journée, les Maritimes vont se tester à Orléans, Strasbourg et au Sportica contre Nancy.

Dans l'autre match avancé, Villeurbanne voudra mettre fin à une série de sept défaites de rang, toutes compétitions confondues, lors de la venue de Nanterre. Samedi, on aura droit au troisième Chalon-Roanne du mois après leurs deux confrontations en quarts de finale de l'Eurochallenge, remportées toutes deux par les Bourguignons qui partent cette fois encore favoris et qui ont un match en retard. Comme Villeurbanne, Roanne est au coeur de la lutte pour une place en play-offs qui concerne également Strasbourg et Dijon qui auront tous deux fort à faire samedi au Mans et face au Paris-Levallois.

Nancy, qui reste sur une période négative, a une occasion idéale de se relancer lors la venue de Hyères-Toulon mais vient de perdre son intérieur Adrien Moerman, touché au pouce, pour une durée de quatre à six semaines. Dans le bas du tableau, Pau-Orthez, après avoir perdu à Poitiers, retrouve un autre concurrent direct avec le Havre, contre qui la victoire est impérative.

Xavier Richard @littletwitman