Christian Monschau donne ses consignes
Christian Monschau (Gravelines) donne ses consignes | PHOTOPQR/VOIX DU NORD TEAMSHOOT

Gravelines calme Nancy

Publié le , modifié le

Même sans joueur NBA, la Pro A fait le show. Au bout d'un suspense haletant, Gravelines a frappé un grand coup sur le parquet du Sluc, jusque-là invaincu à Jean-Weille. Sans jamais paniquer, les Nordistes ont fait front avant de planter leurs banderilles dans le money-time. Tout s'est joué sur un tir primé de Johnson au buzzer. Vainqueur 81-79, le BCM s'installe seul aux commandes avant le match de Chalon contre Hyères-Toulon samedi.

Il a fallu attendre janvier pour voir ça mais ça valait le coup. Un vrai sommet de leaders et d'intensité. Un duel fratricide entre Monschau. La quintessence de la ProA. Dans son divan à Portland, Nicolas Batum a pu découvrir que Nancy avait enfin trouvé la perle rare avec Bernard King. Avec ses 19 pts, l'Américain a vite éclipsé le pâle Kenny Gregory. C'est dans son sillage et celui d'Adrien Moermann (17 pts et 9 rbds) que les Lorrains démarraient (7-2, 2e). Un premier coup de boutoir absorbé par Gravelines en douceur. Toujours derrière mais jamais largué, le BCM menait bien sa barque en attendant son heure et son adresse habituelle. Revenus à hauteur à la pause (39-39), les Nordistes n'arrivaient pas encore à basculer en tête du match. S'engageait alors une bataille de chiffonnier où la précipitation dominait. Du rythme mais beaucoup de déchets. Nancy reprenait l'ascendant sur un 10-0 (62-54, 31e) mais n'enfonçait pas le clou. A l'inverse, les Maritimes retrouvaient leur adresse à 3 pts au bon moment (77-76, 38e). 

A la mène, Andrew Albicy jouait au catalyseur et récoltait des lancers-francs. Sans trop de réussite. Par deux fois, il venait même s'empaler dans la raquette, perdant de précieux ballons. King ayant remis le Sluc devant (79-78, 40e), Nancy n'avait qu'à conserver la dernière possession pour s'imposer. Mais Jamal Shuler subissait la pression nordiste. Bokolo interceptait et partait en contre. Albicy refusait le shoot de la gagne pour transmettre la patate chaude à Juby Johnson. A une poignée de dixièmes du buzzer, l'Américain crucifiait les Couguars sur un tir primé. Jean-Weille est tombé mais le championnat est encore long pour Nancy qui aura peut-être sa revanche au Sportica.

Xavier Richard @littletwitman