L'international Michael Gelabale
La douleur de Michael Gelabale lors de son entorse de la cheville | AFP - Joe Klamar

Gelabale sans club

Publié le , modifié le

Pour n'avoir pas satisfait à la visite médicale du Spirou Charleroi, Mickael Gelabale se retrouve face à une feuille blanche. Première mission pour le vice-champion d'Europe avec les Bleus : gommer cette vilaine entorse à la cheville contractée pendant l'Euro. Ensuite, il sera temps de trouver un club, en France ou ailleurs.

La confiance était rompue. Entre Charleroi et Gelabale, il y avait comme un os. En fait une entorse dont le joueur a été victime en Lituanie. Malgré un retour sur les parquets lors des trois derniers matches, la douleur était persistance. A son arrivée en Belgique, son futur club a donc constaté une indisponibilité évaluée de quatre à six semaines et a suspendu son contrat. Jacques Stas, le manager sportif de Charleroi a rappelé que Gelabale "était blessé à son arrivée et a été incapable de passer les tests médicaux". "Vu l'incertitude quant à la date exacte de son retour ainsi que du trouble entourant la couverture par l'assurance de l'équipe de France, les deux parties ont préféré de commun accord retrouver leur liberté", a-t-il ajouté.

Artisan du premier titre Choletais en 2010 puis du redressement villeurbannais en 2011, voilà un joueur de talent bientôt sur le marché. Libre de tout engagement, Gelabale, dont la priorité reste la NBA (il avait prévu une clause de sortie dans son contrat avec Charleroi), a "décidé de (s)e concentrer, pour l'heure, sur (s)on rétablissement complet", comme il l'écrit sur son blog Time Out (gelabale.blog.lemonde.fr). Mais quand viendra l'heure de rechausser les baskets, le Guadeloupéen devra se poser les bonnes questions. En cas de lock-out définitif, son avenir immédiat repassera par l'Europe. Sans problème d'assurance puisqu'il a quitté le NBA en 2008, Gelabale sera un renfort de poids. Si seul Nancy a réussi à accrocher l'Euroligue cette saison et semble déjà bien pourvu, une pige en Espagne, en Turquie, en Italie ou dans un autre pays dominant n'est donc pas à exclure.