Isabelle Yacoubou, France
La pivot française Isabelle Yacoubou | FRANK PERRY / AFP

Fin brutale d'aventure en Chine pour Yacoubou, qui signe à Schio

Publié le , modifié le

L'internationale française Isabelle Yacoubou a annoncé vendredi s'être engagée pour le reste de la saison avec Schio, en Italie, expliquant que son club chinois d'Heilongjiang a été exclu du championnat, et ses coéquipières chinoises envoyées dans un camp militaire. "J'ai signé pour le reste de la saison avec le club de Schio en Italie", affirme la vice-championne olympique sur son blog, hébergé par le Huffington Post. Elle explique être "rentrée depuis trois jours" en Italie. "Mon équipe a été suspendue du championnat féminin chinois", ajoute-t-elle. Elle avait quitté en septembre le Fenerbahce Istanbul pour rejoindre Heilongjiang.

Pour Yacoubou, pivot franco-béninoise de 28 ans, l'exclusion de son club  est directement liée à une fin de match qu'il a refusé de jouer mi-décembre,  soupçonnant les arbitres d'avoir favorisé l'adversaire, Bayi, club issu de  l'armée chinoise. En toute fin de match, Heilongjiang mène de deux points, Yacoubou est sur  le banc. "Il reste toutefois 0,6 seconde à jouer (...) La pivot adverse reçoit  la balle, la contrôle et prend un shoot près de l'arceau qui rentre. Les  arbitres valident son panier. Nouvelle égalité. Le problème est que cette  séquence de jeu était impossible à réaliser en un laps de temps aussi court",  raconte-t-elle.

Son équipe proteste mais les arbitres "perdent patience et nous ordonnent  de jouer la prolongation ou de déclarer forfait", et Heilongjiang opte pour la  seconde option. "Notre club a posé un recours avec ses images à l'appui. Non seulement  notre requête n'a pas été examinée mais la Ligue a unilatéralement pris la  décision de nous bannir du championnat pour le reste de la saison. Notre coach  a été suspendu deux ans. Mes coéquipières ont, elles, été sanctionnées sous la  forme d'un séjour en camp militaire pour une durée indéterminée", assure  Yacoubou. "En tant qu'étrangère, j'ai dû plier bagage. 48h plus tard, j'étais revenue  en Europe", ajoute la championne d'Europe 2009, qui assure vouloir un jour  revenir en Chine, où son expérience a été pour elle, malgré tout, "une divine  surprise".

AFP