Nando De Colo

Euroligue : Nando De Colo envoie le CSKA Moscou en finale

Publié le , modifié le

Au terme d'une rencontre aussi folle qu'équilibrée, le CSKA Moscou a réussi à renverser le Real Madrid en toute fin de match (95-90) pour s'offrir le droit de disputer la finale de l'Euroligue après trois ans d'absence. Les coéquipiers de Nando De Colo, auteur de 23 points, dont 10 dans le dernier quart-temps, tenteront de remporter le huitième titre de l'histoire de leur club ce dimanche face à l'Efes Istanbul, qui a fait mentir les pronostics en écrasant le Fenerbahçe lors du derby stambouliote quelques heures plus tôt (92 à 73).

C'était l'affiche des demi-finales. Tout était réuni pour que le CSKA Moscou et le Real Madrid se livrent une véritable guerre de tranchée. A ce petit jeu-là, c'est l'équipe russe qui a été la plus forte, arrachant sa revanche de la demi-finale perdue de l'édition 2018 contre les tenants du titre. Menés durant toute la rencontre et comptant jusqu'à 14 points de retard au milieu du 3e quart-temps (65-51), les Moscovites ont recollé à moins de quatre minutes de la fin (80-80). Et notamment grâce au Français Nando de Colo, métronome sur la ligne des lancers francs (13 sur 14), qui a maintenu ses coéquipiers dans la partie avec un total de 23 points sur le match, dont 10 lors du seul quatrième quart-temps. Le MVP de 2016 a été plus qu'épaulé par un ancien du Real Madrid, Sergio Rodriguez, auteur de 23 points également.

Alors que le Real avait repris de l'avance sur un panier à trois points de Jeffrey Taylor (83-80, 37e), c'est bien Nando De Colo qui a permis à ses coéquipiers de repasser en tête, à un peu plus d'une minute de la fin de la rencontre sur un tir à trois points très longue distance (87-85). "C'était un match dur, on le savait avant le match. On n'a jamais renoncé et on a fait la différence à la fin. La saison a été longue. On a connu ce genre de matches, et on a toujours réussi à revenir", a souligné l'international français, auteur d'une seconde mi-temps de rêve.

Première historique pour l'Efes

En s'offrant le derby stambouliote contre le Fenerbahçe en demi-finale quelques heures plus tôt sur le score de 92 à 73, l'Efes Istanbul s'est hissé pour la première fois de son histoire en finale de la compétition reine du basket continental.  Pour se faire, l'Efes a pu s'appuyer sur son duo de meneurs américano-serbe, Shane Larkin et Vasilije Micic, qui ont compilé 55 points à eux deux.

Shane Larkin, drafté en NBA en 2013 par les Dallas Mavericks et passé par les Knicks, les Nets et les Boston Celtics, a été l'auteur d'une rencontre flamboyante bouclée avec 30 points et pas très loin du triple double avec 7 passes décisives et 7 rebonds. Sorti sous les acclamations de la salle, bien remplie par des supporters du Fenerbahçe, Larkin a bouclé la rencontre avec 43 d'évaluation. Deux Français, Adrien Moerman et Rodrigue Beaubois, disputeront dont la finale de l'Euroleague. En saison régulière, bouclée en tête, le Fenerbahçe n'avait perdu que cinq matches sur trente disputés, dont un dans la salle de l'Efes (89-83), et partait en position de grand favori de cette rencontre contre les dernier de la saison 2017/2018 d'Euroleague.

Mais l'inexpérience de l'Efes Istanbul, qui n'avait dans ses rangs que deux joueurs avec une finale d'Euroligue dans les jambes, ne s'est absolument pas fait ressentir. Dimanche en finale (20h30), le club turc aura une montagne encore plus grande encore avec le CSKA Moscou, à la recherche de son huitième titre dans la compétition reine du basket européen.