Euroligue : Le Panathinaikos donne une leçon à l'ASVEL

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Quand notamment les joueurs de l'ASVEL vont refouler les parquets ?

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Rien ne va plus du côté de Villeurbanne. Après une première partie de saison encourageante en Euroligue, l'ASVEL vient de signer une cinquième défaite de rang, s'inclinant lourdement sur le parquet des Grecs du Panathinaikos (100-88).

Un quart-temps et puis c'est tout. Comme lors du match précédent, qui s'était déjà soldé par une lourde défaite dans la salle bouillante de l'Anadolu Efes Istanbul (101-74), l'ASVEL n'a pas tenu la distance face à un nouveau cador européen, le Panathinaikos. Les Grecs, qui avaient commencé très fort (18-10, 7e) grâce à Jimmer Fredette (22 points) ont eu un léger trou d'air sur la fin du premier quart, laissant ainsi Théo Maledon, auteur de sept points en moins de deux minutes, et les Rhodaniens revenir à hauteur avant d'aborder la deuxième période (20-18, 10e). Un espoir de très courte durée tant la suite est devenu un véritable calvaire pour le club de Tony Parker qui n'a pas fait le déplacement, ayant été honoré lors du NBA Paris Game.

à voir aussi Euroligue : l'ASVEL n'a rien pu faire face au leader, l'Efes Istanbul Euroligue : l'ASVEL n'a rien pu faire face au leader, l'Efes Istanbul

Le Panathinaikos a donc mis la seconde et donné les clefs à son expérimenté meneur, Nick Calathes (10 points et 17 passes décisives). Georgios Papagiannis (12 points, 8 rebonds et 5 contres) dans la raquette, Ioannis Papapetrou (21 points ) et Rice (14 points) derrière la ligne ont alors pris les choses en mains. Résultat ? Villeurbanne a littéralement explosé, encaissant pas moins de 32 points dans le deuxième quart-temps, laissant les Grecs à +17 à la mi-temps (52-35). L'adresse à trois points du Pana (13/20), insolente de bout en bout, et sa capacité à défendre agressivement dans les moments chauds ont éteint, petit à petit, l'ASVEL, sans solutions malgré Livio Jean-Charles (16 points et 6 rebonds), Antoine Diot (14 points) et Théo Maledon (19 points en 19 minutes). L'absence de leur coéquipier, Charles Kahudi, véritable pilier défensif de l'équipe, est bel et bien une mauvaise nouvelle tant on a senti les champions de France en titre incapables de contenir les assauts adverses.

Les playoffs, une mission impossible

Après la pause, le Panathinaikos a donc décidé de gérer tranquillement son avance, montée à 23 points (69-46, 25e). La victoire étant acquise, ou presque, Athènes a tout de même dû relancer ses titulaires habituels à plusieurs reprises, notamment quand Villeurbanne revenait plus ou moins dans la partie (32e, 79-68). Un sursaut d'orgueil sans conséquences puisque le Pana s'imposait 100 à 88. L'ASVEL, qui concède sa cinquième défaite de rang, voit les playoffs s'éloigner un peu plus. Avec treize défaites au compteur, les Rhodaniens devront compter sur un sacré coup de théâtre pour rêver des phases finales. Mais encore une fois, l'objectif pour les hommes de Zvezdan Mitrovic est ailleurs : engranger, encore et encore, de l'expérience pour rivaliser, d'ici deux à trois ans, avec les cadors européens.