Charles Kahudi
L'arrière de l'ASVEL, Charles Kahudi. | ELYXANDRO CEGARRA / NURPHOTO

Euroligue : L'ASVEL surclassée par le Fenerbahce

Publié le , modifié le

Incapable d'opposer la moindre résistance face à une équipe du Fenerbahce des grands soirs, l'ASVEL a encaissé une troisième défaite consécutive en Euroligue (86-64). Les leaders de Jeep Elite voient les playoffs s'éloigner de plus en plus.

L'ASVEL a vécu l'enfer en Turquie. Jamais dans le match, les hommes de Zvezdan Mitrovic - qui n'a pas fait le voyage pour cause de maladie - ont encaissé une véritable claque face au Fenerbahce. Emmenés par leur duo composé de Nando De Colo et Derrick Williams, auteurs de 16 points chacun, les champions d'Europe 2017 ont confirmé leur grande forme du moment en enchaînant une troisième victoire consécutive (86-64). Tout le contraire du club français, qui tombe une troisième fois d'affilée et s'enfonce tout doucement vers le bas du classement. 

De Colo intenable

C'était le show Nando De Colo. Intenable lors du premier quart-temps, l'arrière français a littéralement dégoûté l'ASVEL par sa capacité à se créer des tirs. Et à les rentrer. Auteur de dix points à 4/5, l'ancien MVP d'Euroligue a parfaitement lancé la machine du Fener, mettant les siens aux commandes du match par son seul talent (23-15).  Déjà, on voyait mal comment l'ASVEL pourrait revenir au score.  

Et ce fut encore pire lors du deuxième quart-temps. Incapables de trouver la mire, les coéquipiers de Théo Maledon (8 points) n’ont inscrit que quatre petits points en six minutes… De quoi laisser le Fener prendre tranquillement 20 longueurs d’avance sur un trois points non-contesté de Derrick Williams (39-19). Guidés par leur métronome Kosta Sloukas (10 points, 10 passes), auteurs de plusieurs passes décisives de très haut niveau, les Turcs n’ont ensuite jamais laissé l’opportunité aux Rhodaniens de revenir au score. Pire, d’avoir le moindre espoir (49-28).

Très courte révolte

Sauf si… Revenus avec l’intention de ne pas se faire humilier, les Villeurbannais ont montré un basket beaucoup plus physique au troisième quart-temps. Auteurs d’un 9-0 en quatre minutes (49-37), les coéquipiers de Tonye Jekiri (6 points, 4 rebonds) ont bien cru avoir trouvé les clés pour faire douter ce grand club d’Europe. Mais non. Sur un nouveau coup d’accélérateur, le Fenerbahce a remis l’ASVEL à sa place, à l’image de cet énorme dunk en moulin à vent de Derrick Williams, résonnant comme un ultime coup de massue sur la tête des français avant d'entamer la dernière période (62-43).

Les dix dernières minutes ont été une nouvelle démonstration de basket de la part du Fener. Sans forcer, les hommes de Zeljko Obradovic ont seulement eu à gérer leurs possessions pour laisser les Villeurbanais à plus de vingt longueurs pour valider leur troisième victoire consécutive et continuer à grappiller des places au classement pour se rapprocher des playoffs. Au contraire, l'ASVEL semble marquer le pas. Mais quoi de plus logique lorsque l'on est le plus petit budget de la compétition ?