Strasbourg Beaubois mène 102015
Rodrigue Beaubois (Strasbourg) | CITIZENSIDE/ELYXANDRO CEGARRA / citizenside.com

Strasbourg s'offre Fenerbahçe et se relance

Publié le , modifié le

Strasbourg tient son match référence en Euroligue. Vendredi, la SIG a balayé à domicile le Fenerbahçe (91-70), l'un des clubs continentaux les plus puissants. Grâce à cet exploit, les Alsaciens se sont relancés huit jours après leur piètre prestation inaugurale à Belgrade contre l'Etoile rouge (59-81).

Le visage montré par la SIG étaient à mille lieues de celui vu en Serbie.  L'ensemble du collectif était au diapason pour réussir un match étourdissant,  où l'intensité alsacienne n'a fait que monter crescendo. Les chances strasbourgeoises étaient pourtant bien minces contre l'armada  stambouliote, demi-finaliste la saison passée et composée de quatre joueurs  estampillés NBA (Jan Vesely, Luigi Datome, Pero Antic, Ekpe Udoh). Mais les hommes de Vincent Collet étaient tout simplement dans un état de  grâce contre des adversaires qui les ont sans doute un peu pris de haut, à en  croire la fureur de Zeljko Obradovic, l'entraîneur aux huit titres en  Euroligue, à l'approche de la mi-temps.

Lancé par l'excellent début de Kyle Weems (8 points en 2 minutes, 22 au  total, 4/5 derrière l'arc), meilleur marqueur de la rencontre, le collectif  strasbourgeois a fait corps pour prendre huit longueurs d'avance à la pause  (49-41) avec une adresse diabolique (68% à deux points, 60% à trois). Pour son baptême en Euroligue, Romeo Travis, recruté en tant que pigiste  médical de Matt Howard (blessé à une pommette) a apporté sa pierre à l'édifice  (11 pts, 4 rebonds). Le "doyen" Louis Campbell (36 ans) a multiplié les passes décisives (7) et  a bien relayé à la mène Rodrigue Beaubois, encore auteur d'un match solide avec  14 pts après en avoir inscrit 17 contre l'Etoile rouge Belgrade. Quant à Paul Lacombe, il s'est mué en poison en réalisant un remarquable  travail de sape en défense.

Les Alsaciens n'ont jamais relâché leur étreinte. Ils ont juste eu un léger  coup de mou dans le troisième quart-temps où le "Fener" est revenu à quatre  points grâce à Bogdan Bogdanovic (60-56). Ce n'était que pour repartir de plus belle lors d'un dernier acte de folie  où ils ont marché sur l'eau. Déchaîné, Weems a fait monter l'écart à +20  (81-61) pour donner le tournis à des Stambouliotes dépassés. Cette victoire, ajoutée à celle de Limoges jeudi à Zagreb (84-80) va donner  confiance aux clubs français qui ne se sont plus qualifiés pour le "Top 16"  depuis 2007. Strasbourg pourra célébrer cet exploit avant de recevoir Le Havre dimanche  en ProA, puis de se rendre chez le Bayern Munich vendredi prochain en Euroligue  avec plus de certitudes.

AFP

Euroligue de Basket