Nando de Colo Ekpe Udoh CSK Fenerbahce 052016
Nando de Colo (CSK) face à Ekpe Udoh(Fenerbahçce) | AFP

Euroleague - Une finale de folie et un titre pour le CSKA Moscou et Nando de Colo

Publié le , modifié le

MO-NU-MEN-TALE ! Voilà comment on doit qualifier cette finale d'Euroleague... Dans une Mercedes-Benz Arena de Berlin en ébullition, clairement acquise au Fenerbahce, les Turcs ont réalisé une incroyable "remontada" dans le dernier quart pour arracher des prolongations mais finalement s'incliner 101 à 96 face au CSKA Moscou de Nando de Colo, MVP de la compétition et du Final Four. Le Français, toujours aussi brillant, et Teodosic se sont fait peur avec le retour surréaliste du "Fener", porté par Udoh (16pts et 11rbds), Dixon (17pts), Datome (16pts et 5rbds) et Antic (16pts). Bref, la lutte fut enragée mais au final, et après huit ans de malédiction, le CSKA Moscou domine à nouveau l'Europe du basket.

Plus de 2h30 de folie, de grand basket, de régalade tout simplement. Du moins, les quinze dernières minutes de cette finale d'Euroleague 2016 auront été épiques. On n'en demandait même pas tant... Bref, arrêtons de jouer avec les superlatifs et parlons basket. À la mi-temps, le CSKA Moscou a clairement déroulé pour faire vingt premières minutes quasi-parfaites. En menant 50-30 à la pause, et après avoir enchaîné un 18-1 en 6 minutes dans le deuxième quart, les Russes pensaient vraiment avoir fait le plus dur face à des Turcs méconnaissables et perturbés par les systèmes rondement menés par le duo De Colo-Teodosic, 41 points à eux deux au final. Pourtant, les hommes d'Obradovic allaient réaliser l'impensable dans la dernière période...

Dixon, en chef de fil du Fenerbahce

Il n'y a pas de doute : qui aurait pu prévoir un tel retour de la formation turque ? "Surdominés" en première période, le troisième quart montre déjà un autre visage des jaune et noir. Le dernier prouvera qu'il allait bel et bien se passer quelque chose en ce fameux soir du 15 mai 2016 et dans une ambiance complètement dingue. En partant à -16 dans les dix dernières minutes, les Turcs jouaient libérés, portés par un public en feu. Les intérieurs que sont Udoh et Antic, à force de défense héroïque et d'une adresse retrouvée, permettaient au Fener de revenir dans la partie à moins de dix points. C'était avant que Bobby Dixon sorte de la boite l'artillerie lourde en enchaînant les shoots longue distance (5/9) et finalement ramener les siens, contre toute attente, à hauteur du CSKA, médusé (81-81, 39e).

De Colo, MVP lui va si bien...

Du coup, et encore une fois, le CSKA Moscou a pu compter sur ses deux hommes forts. Milos Teodosic (19pts, 5rbds et 7pd) pour commencer, auteur d'un match plein et surtout essentiel dans le final du quatrième quart pour permettre aux siens de rester au contact. Puis surtout le Français, MVP de la compétition, Nando de Colo (22pts, 2rbds, 7pd, 3inter et 11 fautes provoquées). L'arrière des Bleus a encore fait parler sa redoutable adresse aux lancers (9/10 et surtout 92% durant toute la compétition, meilleur pourcentage de l'histoire de l'Euroleague !) dans les prolongations pour permettre à sa formation d'aller chercher un titre qui lui échappait trop souvent ces huit dernières saisons avec deux finales perdues sur le fil notamment... Héros samedi soir déjà de la demi-finale, il a encore été essentiel dans l'ultime rencontre. Donc sans surprise, l'Euroleague l'a sacré encore une fois MVP. Du Final Four pour le coup. On l'aura bien compris : Nando et le costume de MVP, voilà une belle histoire qui commence...

Nando De Colo (FRANCE/arrière du CSKA Moscou/MVP de l'Euroleague et du Final Four) : "Il y a beaucoup d'émotions et c'est difficile à exprimer. On s'est fait très peur. C'est dur quand une saison se joue sur un match et une finale sur une prolongation. Ce n'est jamais facile de gagner un match de 20 points (avance à la mi-temps, ndlr), encore plus en demi-finale ou en finale".

Quentin Ramelet @Quentin_Ramelet