Conflit Fiba/Euroligue: réunion entre les deux parties "peut-être mardi"

Conflit Fiba/Euroligue: réunion entre les deux parties "peut-être mardi"

Publié le , modifié le

Une réunion entre la Fédération internationale de basket (Fiba) et l'Euroligue, en conflit pour le contrôle des compétitions de clubs en Europe, aura lieu "peut-être mardi", a-t-on appris ce mercredi auprès de la Fifa. La Fiba Europe, émanation de la Fiba au niveau continental, a menacé quatorze pays d'une exclusion de l'Euro-2017 messieurs car elle reproche à leurs fédérations de laisser certains de leurs clubs disputer la saison prochaine l'Eurocoupe.

"Les deux parties sont d'accord pour se rencontrer. On est en train de fixer une date pour cette réunion qui aura lieu la semaine prochaine, peut-être mardi", a-t-on appris auprès de la Fiba. "Tout le monde espère que cela aille dans le bon sens", a ajouté la Fiba. Dans le cadre de ce conflit, quatorze pays, dont l'Espagne, championne d'Europe et vice-championne olympique en titre, sont menacés d'exclusion des compétitions internationales, y compris des prochains Jeux de Rio. 

La France aux côtés de la Fiba

La France, dont la Fédération (FFBB) s'est rangée du côté de la Fiba, ne fait pas partie de la liste des potentiels "bannis". Sont concernés l'Espagne, la Serbie, la Croatie, la Turquie, la Russie, la Lituanie, la Grèce, l'Italie, Israël, le Monténégro, la Macédoine, la Bosnie-Herzégovine, la Pologne et la Slovénie. 

La Fiba, dont le comité exécutif s'est réuni samedi à Mies, en Suisse, a déclaré qu'elle "soutenait pleinement" les décisions prises la semaine dernière par la Fiba Europe pour forcer les clubs à participer à sa nouvelle compétition, la Ligue des champions, censée prendre le pas à terme sur l'Eurocoupe, voire sur l'Euroligue, la compétition phare sur le Vieux continent, organisées toutes deux par la société privée Euroleague Commercial Assets (ECA). La Fiba a demandé à rencontrer cette semaine les dirigeants des fédérations nationales concernées ainsi que des responsables de l'ECA.

AFP