Gruda
Vendredi, Gruda et les Françaises n'avaient pas trouvé la faille face à la Turquie | Zsolt Czegledi/EPA/MAXPPP

Euro 2015 : Face au Bélarus, les Bleues attendues au tournant

Publié le , modifié le

La France doit faire preuve d'un sursaut d'orgueil face au Bélarus pour le dernier match du deuxième tour de l'Eurobasket 2015, dimanche (20h30) à Debrecen (Hongrie).

Les Bleues ont reçu un coup sur la tête en concédant leur première défaite du tournoi vendredi contre la Turquie (56-66). De leur capacité à s'en relever dépendra leur avenir dans cet Euro. Une victoire vendredi aurait assuré aux vice-championnes d'Europe la première place du groupe E, et les aurait placées dans une configuration idéale en vue du quart de finale. Le nouveau scénario leur est beaucoup moins favorable. Elle ne peuvent désormais être premières qu'en cas de victoire sur le Bélarus et de défaite des Turques face à la République tchèque. Un succès de la Turquie et de la France les positionnerait dans cet ordre aux deux premières places du groupe.

Mais un deuxième revers de rang aurait des conséquences potentiellement dramatiques pour les Bleues. En fonction des autres résultats, elles pourraient même être rejetées à la 4e place du groupe. Cela leur vaudrait alors certainement de rencontrer l'Espagne, tenante du titre et seule équipe encore invaincue. Une élimination en quarts obligerait la France à gagner ses deux matches de classements pour finir dans les cinq premiers - son objectif minimal -, ce qui lui permettrait de participer à un Tournoi de qualification olympique. Cela n'aurait rien d'évident et, au vu de ce qu'elles ont montré depuis le début du tournoi, la perspective de ne pas voir les vice-championnes olympiques aller à Rio ne peut être exclue.

L'absence de Miyem "pose des problèmes"

Sur les six matches déjà disputés, les Françaises n'ont en réussi qu'un de plein, face au Monténégro (79-67) au premier tour. Dans tous les autres, elles ont peiné, d'abord défensivement, puis en attaque lors de leurs deux dernières sorties. Comme la Grèce deux jours plus tôt, les Turques ont exposé leurs failles face à des défenses de zone. L'absence d'alternance intérieur/extérieur et le manque de soutien apporté à Sandrine Gruda au scoring ont sauté aux yeux. "Entre le travailler à l'entraînement et la réalité, c'est différent", convient Valérie Garnier. "Il faut qu'on ait des tirs extérieurs et on n'en a pas. L'absence d'Endy (Miyem, blessée à un mollet et qui devait reprendre un entraînement léger samedi, Ndlr) nous pose des problèmes." "Même sur zone, ça trappe à l'intérieur", note-t-elle. "Il faut qu'on ressorte de bons ballons. On ne les ressort pas comme on devrait les ressortir. Il y a des ajustements techniques à faire, mais il y a aussi à sortir le coeur, pour être dans le combat."

"On n'est pas assez dur", estime-t-elle. "On manque de dureté en défense et au rebond. Il ne faut pas accepter les choses, pas accepter qu'on vienne prendre trois rebonds offensifs de plus, qu'on vienne dans la raquette et qu'on puisse tirer sans qu'il y ait de faute." Le sélectionneur des Bleues attend maintenant une réaction de ses joueuses face au Bélarus, une nation qu'elles ont toujours battue dans les compétitions internationales, et qui reste sur deux revers après avoir survolé le premier tour. "On est dans une situation moins confortable", reconnaît Garnier. "Hier, on avait les cartes en mains et on les a laissé échapper. Maintenant, ça ne dépend plus seulement de nous." "Il faut qu'on ait plus d'implication physique, défensive et au niveau du rebond. On n'a pas le même impact en fonction des rotations alors qu'on devrait pouvoir l'avoir", juge-t-elle. "Il faut que mentalement on soit un peu plus conquérant."

AFP