Et à la fin, c'est Nanterre qui gagne !

Et à la fin, c'est Nanterre qui gagne !

Publié le , modifié le

Absent des playoffs, Nanterre a tout de même conclu sa saison par un trophée. Finaliste en 2007 et 2013, la JSF a remporté la première Coupe de France de son histoire en dominant Nancy 55-50. Auteur de 12 pts et maître à jouer de Nanterre, Trenton Meacham a été élu MVP du match.

Les joueurs de Nanterre ne pouvaient pas se quitter sur un échec. Battus dans le match des champions en début de saison et en finale de la Leaders Cup, trop justes pour les playoffs, ils avaient une belle consolante avec la Coupe de France. Il faut croire que ces expériences malheureuses ont servi à la JSF dans cette finale âpre et indécise. Les Lorrains auraient pu tout aussi bien l'emporter, eux qui avaient  l'avantage à 4 minutes de la fin (40-45). Mais Nanterre a, d'un seul coup, retrouvé ses moments d'euphorie incontrôlables. Ceux-là qui l'avaient conduit au sommet de la Pro A la saison dernière. La différence s'est faite grâce à trois tirs primés en moins de deux minutes (49-47).

Meacham MVP

Le meneur de la JSFN, Trenton Meacham, a fait retentir les tambours et les cris des supporteurs franciliens sur un tir d'extérieur (52-47) qui sonnait  comme une victoire. C'est lui qui allait inscrire le dernier panier de la  rencontre sur lancer-franc (55-50), après un dernier sursaut nancéien derrière l'arc. Ce succès permetà Nanterre de retrouver l'Europe la saison prochaine en  disputant l'Eurochallenge ou l'Eurocoupe où l'équipe de banlieue parisienne  s'est arrêtée en huitième de finale cette année. Si Nancy s'incline pour la troisième fois, après 1997 et 2009, en finale de la Coupe de France, il lui reste les playoffs pour se racheter. Ça commence mardi contre d'autres franciliens, ceux du Paris-Levallois.

Réacti​ons

Alain Weisz, entraîneur de Nancy: "C'était  un match très serré mais cela s'explique avec la très grande présence des  défenses. Sur cette rencontre, Nanterre finit à 31% de réussite aux tirs et  nous 34%, des pourcentages faméliques. A trois points, nous sommes à 2/21 et  c'est un chiffre qui peut expliquer la défaite. Néanmoins, jusqu'à ce panier de  David Lighty à trois points qui débride leur attaque et leur permet de mettre  deux autres tirs primés derrière, on a été présent. On était prévenu qu'à tout  moment des joueurs comme Trenton Meacham, Lighty ou DeShaun Thomas pouvaient  inscrire des paniers susceptibles de nous faire mal. Pouvons-nous ne nous en  prendre qu'à nous-mêmes? Non. Je dirais qu'on a été là. Je regrette seulement  qu'on ait arrêté de mettre la pression dans le secteur intérieur. Cela s'est  joué à très peu de choses mais je tiens à dire bravo aux Nanterriens. Tout le  monde a envie de les revoir en play-offs la saison prochaine. Ils n'ont pas  triché une seule fois cette année en jouant notamment l'Euroligue à fond. Et  cela les a affaiblis en Championnat."
   
Florent Piétrus, intérieur de Nancy: "A moins de quatre minutes de la fin,  on contrôlait encore le match. Malheureusement, on s'est déconcentré ensuite.  C'était vraiment un match qui nous convenait mais on n'a pas été assez vigilant  dans les dernières minutes. Les Nanterriens ont été maladroits pendant toute la  rencontre mais ils ont réussi à mettre les paniers qu'il fallait. On ne peut  s'en prendre qu'à nous-mêmes. C'est vraiment une défaite dure à avaler, mais on  n'a pas le temps de gamberger puisqu'on doit maintenant préparer un match très  dur mardi face au Paris-Levallois (en quarts de finale des play-offs)."
   
Johan Passave-Ducteil, pivot de Nanterre: "C'était un vrai combat, avec  beaucoup de volonté. On est vraiment fiers. On voulait vraiment repartir avec  un trophée. On est bien sûr déçu de ne pas figurer en play-offs mais avec ce  titre, on va pouvoir partir en vacances sereinement. J'ai senti les Nancéiens  fatigués. Inconsciemment, ils ont peut-être pensé aux play-offs. Le fait de ne  pas jouer ses play-offs, cela nous a permis à l'inverse de nous jeter à fond  dans la bataille. Ce n'était pas un grand match, mais un duel avec beaucoup  d'intensité. C'est une émotion différente que lors de la victoire en  Championnat de France l'an passé. Les deux n'ont pas la même intensité, mais  ils sont bons à vivre, je vous rassure."
   
Jean Donnadieu, président de Nanterre: "Je ressens une émotion plus forte  que lors de la victoire en Championnat de France l'an passé. Aux yeux des  médias, Nanterre a changé de statut cette année et on attendait, c'est normal,  plus de nous. Dans cette affaire, je pense que les gens en général ont perdu le  sens des réalités. Nanterre n'est pas un grand club. C'était très difficile de  gagner après le sacre de champion. Il fallait crédibiliser quelque chose,  montré que ce titre en 2013 n'était pas un accident. Cette victoire en Coupe de  France, c'est autre chose qu'une ligne de plus dans notre palmarès. Elle  conforte notre parcours."

Xavier Richard @littletwitman