ProA Dijon Strasbourg 042014
. | MaxPPP - Philippe Bruchot

Dijon a fait le plus difficile

Publié le , modifié le

Dijon a réussi la performance de ce premier tour des play-offs en allant gagner mardi au Mans (80-75) sur un parquet d'Antares où il est toujours très difficile de s'imposer. Les hommes de Jean-Louis Borg sont en position très favorable pour se qualifier pour les demi-finales en confirmant leur succès lors du match retour jeudi dans leur salle où ils sont invaincus depuis le début de la saison. Dans l'autre quart de la soirée, Nancy s'est imposé dans la douleur face au Paris-Levallois (70-61).

Avantage Dijon

Grâce à un collectif très solide comme d'habitude, la meilleure défense du championnat a encore une fois tenu la distance, alors que les Manceaux ont paru plus fébriles. Les joueurs de JD Jackson avaient pourtant montré qu'ils savaient gérer les matches à gros enjeu avec beaucoup d'adrénaline, en remportant la Leader's Cup de façon probante. Mais cette fois ils n'ont pas su capitaliser dans leurs moments forts. Ils ont surtout été assez irréguliers, notamment dans un 2e quart-temps totalement raté, où ils ont permis à Dijon, porté par Mikal Riley (31 points ts, 8 rebonds), Harris (17 pts) et Dobbis (12 pts 10 rebonds) de prendre confiance. La rencontre a évidemment été très serrée entre deux équipes proches l'une de l'autre et tout s'est joués sur quelques détails, des lancers laissés en route, et Le Mans qui a dû baisser pavillon malgré DaShaun (24 pts) et Kahudi (14 pts, 10 rebonds).      

Dijon a sans doute fait le plus dur dans cette première confrontation. La tâche s'annonce ardue pour les Sarthois pour aller renverser la situation chez une équipe de dijon qui a jusque là réalisé un sans-faute sur son parquet.   

Nancy sur sa défense 

Secoué après le revers subi contre Nanterre dimanche en finale de la Coupe de France  Nancy a mis ses états d'âme de côté pour dominer le Paris-Levallois. A Nancy, le SLUC a parfaitement déroulé durant la première période, grâce à une défense de fer, en laissant des Parisiens parfois mal inspirés se casser les dents et pécher par excès de précipitation. Les Lorrains ont ainsi creusé leur sillon et comptaient douze points d'avance à la pause (36-24), en insistant sur les shoots extérieurs. Ils ont ensuite perdu quelques ballons qui ont permis aux Parisiens de recoller jusqu'à - 4 mais servis par un duo Hannah (26pts) et Harris (18 pts)  et une grosse présence aux rebonds défensifs, ils ont su remettre le coup d'accélérateur quand il le fallait même s'ils se sont faits peur dans les dernières minutes, puisque les Parisiens ont gâché quelques ballons qui auraient pu mettre davantage de pression.

Les compteurs seront remis à zéro pour le match retour. Pour s'en sortir les Parisiens auront de retrouver du réveil de leurs scoreurs, car Ewing (13 pts seulement ) ou Schilb (12 pts) n'a pas eu le rendement escompté alors que N'Doye (0 pt !) a été absent. 

Christian Grégoire