Boris Diaw et Tony Parker réunis sous le maillot des Spurs
Boris Diaw et Tony Parker réunis sous le maillot des Spurs | HARRY HOW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Des finales à l'accent "frenchie"

Publié le , modifié le

Boris Diaw (San Antonio Spurs), Tony Parker (San Antonio Spurs), Mickaël Pietrus (Boston Celtics) et Ronny Turiaf (Miami Heat), quatre Français de la même génération formé à l'INSEP et ayant été ensemble champions d'Europe juniors en 2000, sont toujours en course pour remporter le prestigieux titre NBA. S'ils n'ont pas tous le même point dans leur équipe, leur présence montre la qualité du réservoir français à deux mois des JO de Londres.

Les San Antonio Spurs sont opposés à l'Oklahoma City Thunder en finale de la conférence Ouest, tandis que le Miami Heat et les Boston Celtics vont s'affronter en finale de la conférence Est. Donc, il y aura au moins un Français en finale. Mais il pourrait très bien y en avoir trois si les Spurs parviennent à battre le Thunder. Grâce à un meilleur bilan en saison régulière - 50 victoires et 16 défaites pour San Antonio contre 47 victoires et 19 défaites pour Oklahoma City - qui leur permet de bénéficier de l'avantage du terrain, leur équipe partira légèrement favorite. Elle reste également sur une incroyable série de 18 victoires consécutives après avoir éliminé les Utah Jazz (4-0) au premier tour et les Los Angeles Clippers (4-0) en demi-finale de conférence. Mieux, les Spurs ont remporté 29 de leurs 31 derniers matches depuis le 21 mars.   

Un duo texan au top

Sur les conseils de Parker, les Spurs ont flairé la bonne affaire en enrôlant Diawn joueur protée par excellence, intelligent et polyvalent. Parfait pour le meilleur collectif de la NBA. En plus, Tony Parker, déjà champion NBA en 2003, 2005 et 2007, réalise sa meilleure saison tant au niveau statistique que du leadership. Il est devenu cette saison le véritable patron de l'équipe, devant Tim Duncan et Manu Ginobili, et l'a encore montré lors des deux premiers tours des play-offs, tournant en moyenne à 19,1 points, 3,4 rebonds et 7,1 passes décisives pour 35 minutes de présence sur les parquets par match.   

Boris Diaw, qui a rejoint le Texas en cours de saison, le 23 mars, s'est quant à lui parfaitement adapté au style de jeu de sa nouvelle formation. Le capitaine de l'équipe de France contribue avec sobriété dans tous les domaines (6,5 points, 5,5 rebonds, 2,5 passes décisives en 25 minutes de jeu en moyenne) et apporte du liant au jeu en attaque et de la science en défense, un plus qui n'est pas mesuré par les statistiques. Après quelques années difficiles chez les Charlotte Bobcats, Diaw retrouve avec bonheur un stade de la compétition qu'il avait connu du temps des Phoenix Suns, une équipe avec laquelle il avait participé à la finale de la conférence Ouest en 2006.   

Pietrus en place, Turiaf discret

Ronny Turiaf et Mickaël Pietrus vont de leur côté s'affronter, à partir de lundi, en finale de la conférence Est avec le Miami Heat et les Boston Celtics. Ronny Turiaf (2,0 points et 2,9 rebonds en 11,9 minutes) n'a pas particulièrement brillé jusqu'ici, mais aura une carte à jouer face aux Celtics. Avec la blessure de son coéquipier Chris Bosh contre les Pacers et face à un secteur intérieur de Boston dangereux composé de Kevin Garnett et Brandon Bass, le Martiniquais, qui a remporté une finale de conférence en 2008 avec les Los Angeles Lakers, devra apporter ses qualités au rebond et au contre pour aider Miami à retourner en finale NBA.

Mais Mike Pietrus et les Boston Celtics semblent en mesure d'arrêter le Heat. L'équipe de Paul Pierce, Kevin Garnett, Ray Allen et Rajon Rondo a fini la saison régulière (39 victoires pour 27 défaites) en trombe après avoir connu des hauts et des bas tout au long de l'année. Ils ont ainsi remporté 10 rencontres sur 15 en avril en battant trois fois Miami, puis ont éliminé les Atlanta Hawks (4-1) et les Philadelphie Sixers (4-3) lors des deux premiers tours des playoffs. Pietrus (3,7 points et 1,4 rebonds en 17,8 minutes), qui va participer à sa troisième finale de conférence après celles de 2009 et 2010 avec les Orlando Magic, monte en puissance dans le collectif de l'entraîneur Doc Rivers.  Celui-ci apprécie sa défense et son adresse à trois-points, deux qualités que l'arrière français devra exploiter dans son duel face à Dwyane Wade. La capacité de Pietrus à limiter l'arrière vedette de Miami décidera en partie du résultat de cette finale de conférence.   

Mathieu Baratas