France - Australie
France - Australie | WANG ZHAO / AFP

Mondial de basket : France - Australie, double revanche pour du bronze

Publié le , modifié le

Deux jours après leur décevante prestation face à d'impressionnants argentins, les Français défient l'Australie dans la finale pour la 3e place de la Coupe du monde (dimanche, 10h). Pour décrocher leur deuxième médaille de bronze dans un Mondial, la deuxième consécutive, les hommes de Vincent Collet ont une double revanche à prendre. Sur eux-mêmes d'abord, étant donnée leur pâle copie en demi-finale, et sur les Australiens, qui les ont battus de deux points lors du 2e tour.

Défendre et ralentir le tempo, les leçons à retenir

Lors du 2e tour, une victoire contre les Australiens était synonyme d'éviter la Team USA en quarts de finale. En s'inclinant de deux points (100-98), celle qui était alors la deuxième meilleure défense de la Coupe du monde s'est compliqué la tâche. La suite leur a permis de réaliser un exploit historique. Mais cette première défaite dans la compétition avait montré un point faible connu: lorsque la France ne joue pas une partie défensive, elle peut passer à côté de la victoire. Cela s'est vérifié de manière encore plus flagrante (avec en plus une énorme maladresse offensive) face aux Argentins. "Quand on oublie de défendre, ils jouent leur jeu et ils sont très bons", constatait d'ailleurs amèrement Nando De Colo après la défaite face aux Aussies. Dans ces deux matches, à force de courir pour suivre le rythme adverse, les Français ont perdu de la précision dans leurs shoots. Face aux coéquipiers de Patty Mills, leur adresse à 3 points avait chuté à 41% (alors qu'elle était à une moyenne de 52% avant la demi-finale). Contre les Argentins, c'est tombé à 22%. Aujourd'hui, sur l'ensemble de la compétition, les Bleus sont au 5e rang, avec 40.4% de réussite de loin.

Pour cette ultime rencontre, Nicolas Batum a prévenu: "On passe d'un match de poule, à enjeu certes, à un match à très gros enjeu. Les deux équipes vont être motivées. Elles ont perdu en demi-finale alors qu'elles voulaient aller au bout. C'est celui qui en voudra le plus qui gagnera. La fatigue est la même des deux côtés, ça ne sera pas forcément tactique non plus. Il faudra faire ce qu'on a fait depuis le début", c'est-à-dire "six entames de match parfaites et une grosse défense à chaque fois. C'est ce qu'il va falloir faire."

Retrouver le collectif et les individualités, une revanche à prendre sur eux-mêmes

"Ce serait historique pour la France de faire deux médailles de suite au Mondial." Nicolas Batum a parfaitement pointé du doigt l'enjeu de ce dernier match contre les Australiens. "Ça peut n'arriver qu'une fois dans une vie d'avoir une médaille dans une Coupe du monde." Lui était déjà là en 2014, lors du premier bronze mondial de l'équipe de France, en compagnie de Fournier, De Colo, Gobert et Albicy. Ces quatre hommes ont, comme la quasi totalité de l'effectif, une revanche à prendre sur eux-mêmes après leur prestation contre l'Argentine. Evan Fournier, qui tournait à 21 points de moyenne par match, a fini cette demie avec 16 points et surtout à 1/6 à 3pts. Rudy Gobert, qui sortait d'un match énorme contre les USA (21pts, 16rbds, 3 contres), a dû se contenter de 3pts et 11 rebonds. Nicolas Batum, à 1/6 de loin, n'a pas non plus surnagé, ni les autres hormis Frank Ntilikina. "Il ne faut pas résumer notre tournoi à ce qui s'est passé contre l'Argentine, ce serait un peu triste par rapport au travail qu'on a effectué", veut croire le joueur de Charlotte. "On n'a pas montré notre vrai visage. On a perdu en n'étant pas tout à fait nous-mêmes", regrettait Vincent Collet vendredi. "Il faut rebondir".

Le rebond, il faudra l'avoir dans tous les secteurs: au lancer-franc (52% contre l'Argentine), les passes décisives (11), la réussite à 3 points (22%), les pertes de balle (11)... Et Vincent Collet place lui-aussi ce match dans une optique plus lointaine: "Une médaille validerait la naissance de cette équipe de France. Autant à l'Euro-2017 on avait raté ça, autant là on a construit une nouvelle équipe qui a un avenir. Pour moi, demain, c'est le début des Jeux olympiques (pour lesquels les Français se sont qualifiés en terminant deuxième Européen de ce Mondial, ndlr). Il n'y aura pas de meilleure approche des Jeux que de prendre une médaille".

Coupe du Monde de Basket