Louis Labeyrie
Louis Labeyrie, grand artisan de la victoire de la SIG Strabourg face à Chalons-Reims. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Mondial 2019/Qualification: la France confirme face à la Bosnie

Publié le , modifié le

Les basketteurs français ont confirmé leur bon départ dans les qualifications pour le Mondial-2019 en remportant facilement leur deuxième succès sur la Bosnie, 84 à 65, lundi à Rouen, trois jours après être allés gagner en Belgique. La route de la Chine est certes encore très longue pour les Bleus, seuls en tête devant la Russie et la Bosnie (1 victoire, 1 défaite) et la Belgique (2 défaites), mais le soulagement est réel car ils abordaient ces deux premières rencontres, disputées sans la plupart des meilleurs joueurs retenus par leurs clubs de NBA et d'Euroligue, dans l'inconnu.

Les joueurs, de ProA pour la plupart, rassemblés par Vincent Collet ont réussi à trouver assez de cohésion pour dominer des adversaires bien moins diminués qu'eux (même s'il manquait deux joueurs de NBA aux Bosniens), malgré une préparation réduite à quatre jours. Cette équipe de France a joué un bien meilleur basket que face aux Belges. Elle a continué à défendre fort, et pour une formation censée manquer de talents offensifs, elle a aussi montré de belles choses en attaque, notamment le meneur Andrew Albicy (10 points) et les arrières Edwin Jackson (11 points) et Axel Bouteille (12 points).

Des Bleus concernés

Les Bosniens, avec leurs grands intérieurs, mais aussi leurs shooteurs à trois points, n'étaient pas des adversaires à négliger. Ils s'étaient mis en confiance vendredi en s'offrant la Russie (très diminuée). Mais les grands ont trouvé à qui parler avec Louis Labeyrie (13 points, meilleur marqueur) et ces Bleus, bien plus complets (11 marqueurs, dont 6 à plus de dix points), qui pour la plupart ne joueront pas eux-mêmes le Mondial, ont fait la course en tête du début à la fin pour rendre un fier service au basket français.

La prochaine "fenêtre internationale", nouveau système calqué sur le football, aura lieu en février dans l'Hexagone. Les Bleus affronteront la Russie à Strasbourg le 23 et la Belgique à Nancy le 25. Les joueurs de NBA ne seront pas là. Quant à ceux d'Euroligue, tout dépendra de l'évolution de son conflit avec la Fiba. Avec au moins un succès cet hiver, les coéquipiers de Boris Diaw (10 points lundi) seraient assurés de ne pas finir à la dernière place, éliminatoire, et de se qualifier pour... une deuxième phase de poule (septembre 2018 à février 2019), où les résultats de la première seront conservés.