Sergio Llul et Stefan Jovic
Le meneur serbe, Stefan Jovic, tente d'aller au panier en montant sur l'arrière espagnol, Sergio Llul. | HECTOR RETAMAL / AFP

Mondial 2019 de basket : La Serbie, favorite, tombe face à une Espagne vieillissante mais redoutable

Publié le , modifié le

C'était le choc de ce deuxième tour de la Coupe du monde de basket. La Serbie, favorite de la compétition, est tombée, lourdement, contre l'Espagne (81-69). Malgré un effectif vieillissant, la Roja, toujours portée par Ricky Rubio et Marc Gasol, ont d'abord temporisé avant d'éteindre la meilleure attaque du Mondial pour enchaîner un cinquième succès consécutif. En quarts de finale, les Espagnols affronteront la Pologne alors que la Serbie devra se mesurer à l'Argentine de Luis Scola.

Presque 30 ans de moyenne d'âge et cette Espagne-là est toujours aussi implacable. Pour le match au sommet de ce deuxième tour de la Coupe du monde de basket, Espagnols et Serbes nous ont offert une rencontre de toute beauté. D'abord grâce aux Serbes, sous l'impulsion de Bogdan Bogdanovic (26 points à 9/14 uax tirs, 10 rebonds et 6 passes), auteur de neuf points dans le premier quart-temps (20-13 pour la Serbie). Mais cette Roja marche au diesel. Après avoir pris ses marques, les "anciens" que sont Marc Gasol (34 ans), Sergio Llul (34 ans) ou encore Rudy Fernandez (31 ans), ont sonné la révolte. L'armada rouge et blanche a donc infligé un terrible 13-2 aux favoris serbes (26-25, 15e), étouffés par la défense espagnole et submergés par les assauts répétés de Ricky Rubio (19 points et 4 passes) et Victor Claver (14 points, 7 rebonds, 2 passes, 3 interceptions et 2 contres)

Bogdanovic esseulé, Jokic expulsé

32 à 17, voilà l'addition salée payée par la Serbie dans le deuxième quart et à la mi-temps, c'est finalement et logiquement l'Espagne qui menait la danse. Mais les hommes de Sergio Scariolo ne se sont pas arrêtés là. Juste après la pause, Rubio et compagnie ont remis une couche, portant l'écart jusqu'à +21 après 27 minutes de jeu (63-42). Trop esseulé, Bogdanovic avait beau rentrer tous ses shoots, cela ne suffisait pas. D'autant plus que l'autre star serbe, le pivot des Nuggets, Nikola Jokic (6 points, 5 rebonds et 3 balles perdues en 17 minutes), était logiquement expulsé (23e) après avoir réagi avec violence après une faute sifflée contre lui. Résultat ? Double technique et un aller simple vers les vestiaires pour le all star NBA.

Par la suite, et jusqu'au terme, l'Espagne a fait ce qu'elle fait de mieux depuis de longues années : gérer son avance, avec sérieux et sans jamais paniquer. Le retour anecdotique des Serbes, en milieu de dernier quart, n'y fera rien et c'est bien la Roja, avec ses "vieux", qui s'est donnée le droit de jouer la Pologne en quarts de finale. Ce sera beaucoup plus difficile pour la Serbie face à l'Argentine de Luis Scola (21 points, 6 rebonds, 3 passes et 3 interceptions contre la Pologne cet après-midi), toujours aussi irrésistible malgré ses 39 ans.

Coupe du Monde de Basket