Les Bleues butent sur la première marche

Les Bleues butent sur la première marche

Publié le , modifié le

L'équipe de France dames s'est inclinéee face à la Turquie (50-48), le pays-hôte pour son premier match du championnat du monde samedi à Ankara. Les Françaises ont plutôt été convaincantes en première période, avec une organisation défensive efficace, mais elles ont ensuite été privées de solutions dans le jeu par des Turques plus agressives et plus adroites dans les tirs extérieurs. C'est sans doute déjà la première place du groupe qui s'envole, mais pour ce groupe du renouveau, il y a encore des choses à faire dans cette compétition.

Les Françaises prenaient le score dès le premier shoot, 3 points réussis par Céline Dumerc qui donnait le ton. Avec des anciennes qui montraient la voie, et de jeunes joueuses qui disputaient leur première grosse compétition, sans craindre l''énorme ambiance de la salle d'Ankara, à l'image de Cata-Chitiga et de Ciak, elles prenaient petit à petit l'ascendant sur une équipe turque poussée à la précipitation. Les Bleues prenaient leur marques même si lors des turn-over, elles se trouvaient parfois en retard sur les contres. Elles comptaient un point d'avance à l'issue du premier quart (15-14) avant de mettre le pied sur l'accélérateur. En se montrant plus solides en défense, en insistant dans le jeu intérieur ou Sandrine Gruda (11 pts) tenait son rôle, les filles de Valérie Garnier se détachaient pour atteindre la pause avec une avance conséquente (27-17).

Les Turques plus agressives 

Mais en basket, tout va très vite. Et les Turques, revenant sur le parquet avec des intentions beaucoup plus agressives, à l'image de Sanders (13 pts, tous inscrits en 2e période) et Yilmaz, (10 pts) rendaient plus friables le bloc tricolore. Les Françaises perdaient des ballons, ne construisaient plus avec autant de fluidité, et ne parvenaient pas à trouver des intervalles. Les Turques mettaient davantage de pression et trouvaient la mire sur les shoots extérieurs. Alors que les Françaises se montraient plus laborieuses, les Turques portées par leur public grignotaient leur retard. Elles prenaient même pour la première fois l'avantage au score à l'ultime seconde du 3e quart-temps (38-37).

Les Françaises endossaient alors le bleu de chauffe, en durcissant la rencontre, et en refusant d'abdiquer; elles parvenaient à retrouver leurs transitions pour rester dans le match, mais les Turques gardaient le contrôle sur les tirs à 3 points. Dans les dernières possessions, les Bleues reculaient et ne trouvaient plus de positions préférentielles, ni leur secteur intérieur. Elles cédaient en fin de match sur quelques détails et pouvaient logiquement se montrer déçues. 

Christian Grégoire