Gobert France

Coupe du monde de basket : Objectif JO, et plus si affinités pour les Bleus

Publié le , modifié le

A tout juste un mois du début du Mondial 2019, qui se déroulera en Chine du 31 août au 15 septembre, l'équipe de France est en pleine préparation pour tenter d'accrocher une deuxième médaille internationale à son palmarès, synonyme de qualification directe aux Jeux Olympiques 2020. Actuellement à Pau pour un premier stage avant de réviser leurs gammes en matches amicaux, les Bleus ont toujours en tête leur défaillance de l'Euro 2017 et comptent bien réussir leur tournoi.

"Notre objectif ? Se qualifier pour les Jeux Olympiques. Aller ensemble à Tokyo, filles et garçons". Les mots de Jean-Pierre Siutat prononcés lundi en conférence de presse ont le mérite d'être clairs. Le président de la Fédération française de basket, qui vient tout juste de rajouter une nouvelle breloque dans l'armoire à trophées de la FFBB après l'argent de l'équipe féminine à l'Euro 2019, compte bien surfer sur la belle dynamique du basket tricolore pour performer cet été. Et quoi de mieux qu'une Coupe du monde pour cela ? D'autant que cette édition 2019 s'annonce bien plus ouverte qu'à l'accoutumée, avec une sélection américaine démunie de certaines de ses plus grandes stars et une équipe de France qui pourra compter sur toutes ses forces afin de tenter d'obtenir sa qualification pour les prochains Jeux Olympiques. Mais pour l'instant, le moment en est à la préparation. 

"Objectif JO"

Après un Euro 2017 terminé dès les huitièmes de finale face à l'Allemagne (84-81) et une année sans grande compétition, les Bleus viennent d'entamer leur préparation pour le Mondial en Chine, qui se déroulera du 31 août au 15 septembre. Et comme il est de coutume, Vincent Collet et ses troupes ont débuté leur croisade sur les terres de la formation des champions de demain : l'INSEP. A tout juste un mois du grand début des joutes internationales, lui aussi n'a qu'un mot à la bouche, le même : les Jeux Olympiques. "Nos objectifs sont élevés, mais ils sont surtout guidés par l’objectif JO".

Pour y arriver, il n'existe que deux possibilités. La première est de terminer parmi les deux meilleures équipes européennes à la fin du Mondial. Compliqué selon le sélectionneur français : "A mon sens, il faudrait être à minima en demi-finales. Et ce n'est même pas garanti parce qu'il est fort possible qu'on retrouve deux européens sur le podium". Mais pas impossible. La seconde, plus facile mais éreintante, est semée d’embûches à cause du calendrier. Elle consiste à se qualifier via les tournois de qualifications olympiques (TQO), qui se déroulent en pleine saison. Les Bleus avaient dû y passer pour obtenir leur ticket pour le Mondial 2016. "Il est préférable de se qualifier directement pour avoir des ambitions aux Jeux'', a prévenu Collet lors du Media Day des Bleus ce lundi. Les joueurs sont prévenus, ils devront performer en Chine pour s'offrir un été tranquille afin de se préparer à se frotter au gratin mondial à Tokyo en 2020.

Une équipe plus que compétitive

Pour se faire, Vincent Collet pourra compter sur un effectif au grand complet. Ses joueurs de NBA, d'Euroligue et d'ailleurs ont tous répondu à l'appel du sélectionneur strasbourgeois. Les fantômes de la génération Parker/Diaw devront évidemment être balayés. Car les nouveaux leaders se nomment désormais Nando De Colo, Evan Fournier, Rudy Gobert et Nicolas Batum. Les deux derniers étaient d'ailleurs absents du groupe lors de la désillusion de l'Euro 2017. "Si tu ajoutes Rudy et Nico dans toute équipe, ça change tout", rassure l'arrière d'Orlando, Evan Fournier.

Il faut dire que Rudy Gobert, le pilier de la défense tricolore, vient de boucler une nouvelle saison aux portes du All-Star Game NBA et auréolée d'un deuxième titre de meilleur défenseur de la ligue américaine. En pleine forme et dans la force de l'âge (26 ans), le géant de 2,16 mètres est prêt à devenir le fer de lance de l'équipe de France. De son côté, Nicolas Batum compte bien faire taire les critiques à son égard et devenir le leader impactant que tout le monde aurait aimé qu'il soit : "C'est désormais à nous d'écrire notre propre histoire", prévient l'intéressé. De Thomas Heurtel à Adrian Moerman, les cadres seront épaulés par nombre de lieutenants prêts à mouiller le maillot pour ramener la deuxième médaille internationale de l'histoire de l'équipe de France. 

La Chine en ligne de mire

Actuellement à Pau pour un premier stage de préparation, les 15 pré-sélectionnés (Vincent Collet ne pourra emmener que 13 joueurs au Mondial, dont un réserviste en cas de blessure), vont enchaîner les entraînements collectifs afin de parfaire leurs systèmes et travailler sur leurs automatismes. Qu'ils pourront mettre à l'épreuve, face à la Turquie (5 août) et la Tunisie (7 août), avant de partir en direction de Lyon pour un second stage qui verra les Bleus se frotter au Monténégro (15 août), au Brésil (16 août) et à la sélection argentine (17 août). Enfin, les champions d'Europe 2013 s'envoleront pour la Chine, et plus précisément à Shenyang, où ils s'acclimateront au pays organisateur lors de la dernière ligne droite en compagnie de l'Italie (25 août) et de la Serbie (27 août). 

C'est alors que les choses sérieuses commenceront vraiment, au sein d'un groupe G composé de la Jordanie, la République Dominicaine et l'Allemagne, trois équipes largement à portée de la troisième meilleure nation mondiale. Mais Vincent Collet a tenu à tempérer : "C'est un tirage difficile notamment au vu du croisement avec le groupe H (Canada, Sénégal, Lituanie, Australie). Il faudra réussir notre premier tour face à la République dominicaine qui est une équipe solide et athlétique, la Jordanie que nous connaissons peu mais dont il faudra se méfier, et bien sûr l'Allemagne contre qui nous devrons prendre notre revanche. Il faudra performer d'entrée pour ne pas abîmer nos chances d'aller loin". Le chemin commence dès maintenant. 

Les matches de préparation :

France-Turquie (le 5 août à Pau)
France-Tunisie (le 7 août à Toulouse)
France-Monténégro (le 15 août à Villeurbanne)
France-Brésil (le 16 août à Villeurbanne)
France-Argentine (le 17 août à Villeurbanne)
Nouvelle Zélande-France (le 24 août à Shenyang)
Italie-France (le 25 août à Shenyang)
Serbie-France (le 27 août à Shenyang)

Les 15 Français pré-sélectionnés : 

Meneurs : Andrew Albicy (Saint-Pétersbourg), Frank Ntilikina (New York Knicks), Thomas Heurtel (Barcelone).
Arrières : Nando de Colo (Fenerbahçe), Evan Fournier (Orlando Magic), Paul Lacombe (sans club), Timothé Luwawu-Cabarrot (Chicago Bulls).
Ailiers : Axel Toupane (sans club), Nicolas Batum (Charlotte Hornets).
Ailiers forts : Adrien Moerman (Anadolu Efes Istanbul), Louis Labeyrie (Valence), Mathias Lessort (Malaga).
Pivots : Amath M'Baye (Izmir), Rudy Gobert (Utah Jazz), Vincent Poirier (Boston Celtics).

Coupe du Monde de Basket