Collet : "Un privilège à ne pas gâcher"

Collet : "Un privilège à ne pas gâcher"

Publié le , modifié le

Vincent Collet, le sélectionneur de l'équipe de France, considère comme "un privilège à ne pas gâcher" le fait de rencontrer une grande équipe d'Espagne en quarts de finale de la Coupe du monde messieurs de basket, mercredi (22h00) à Madrid.

Q : Quels enseignements avez-vous tirés du match de poules perdu face aux  Espagnols (64-88) ?
R : "Ce match constitue pour nous une base intéressante. On a fait des  choses qui étaient bonnes, en particulier en première mi-temps. On avait mis  des choses en place qui ont momentanément fonctionné. Ensuite ils ont contesté  ces choses là et on n'a pas su correctement s'adapter. Donc il va falloir qu'on  soit capable d'amener d'autres solutions. Et puis surtout, on avait fait un  certain nombre d'erreurs individuelles qu'il ne faut pas commettre. Si on en  fait autant que mercredi dernier, il n'y aura pas de match. Pour qu'il y ait  match, il faut vraiment qu'on élève notre niveau. Même quand ils ont bien  défendus, ils arrivent à mettre de gros shoots. C'est le talent. Ils ont sept  ou huit joueurs capables de le faire, et dans les différents moments du match  ils trouvent toujours quelqu'un pour les relancer. Donc il ne faut pas ajouter  en plus des erreurs grossières."
   
Q : Qu'attendez-vous de votre équipe ?
R : "C'est une chance de jouer un quart de finale d'une Coupe du monde. On  a à nouveau l'opportunité de faire quelque chose d'incroyable. Il faut être  réaliste. On joue contre une équipe exceptionnelle, qui est à son apogée, chez  elle qui plus est. Mais même s'il n'existe qu'une seule chance, il faut la  jouer à fond. Se mesurer à nouveau à cette magnifique équipe espagnole, c'est  un privilège, donc ne le gâchons pas. Je souhaite qu'on fasse un grand match et  qu'on joue notre chance à fond. Qu'on ne s'écroule pas parce qu'on va faire des  bêtises, qu'on va leur donner deux ou trois ballons gratuitement. Je  souhaiterais qu'on élève notre niveau, qu'on profite de cette occasion pour  être meilleurs."
   
Q : Cette équipe espagnole peut-elle avoir quelques faiblesses, mentales  peut-être ?
R : "On ne pourra apercevoir ces faiblesses que si elle est à un moment  donné un peu menacée, dans la difficulté. Pour l'instant, elle réalise une  quasi promenade de santé. S'il doit y avoir souci, c'est dans un éventuel  quatrième quart-temps compliqué. Et là effectivement, ils peuvent ressentir une  forme de pression par rapport aux attentes qui sont énormes. Tout le monde  pense qu'ils vont aller en finale contre les Américains. Pour l'instant, ils  n'ont laissé personne les mettre en difficulté, sauf par petites séquences. Ils  n'ont jamais vraiment tremblé. On sent qu'il y a une marge. Ils ont de tout. A  l'intérieur, c'est l'équipe la plus forte du Mondial. Leurs extérieurs sont  très adroits, vont très vite, il y a beaucoup de mouvements. Donc il n'y a pas  vraiment de faiblesse. La seule faiblesse qui pourrait survenir, c'est comment  ils vont se comporter quand ça va devenir difficile, si ça le devient un jour."

AFP