Belgique-France - Marine Johannes
. | AFP

Championnat du monde: fin de parcours pour les Françaises

Publié le , modifié le

Maladroites, mal inspirées et en manque de rythme, les Françaises se sont logiquement inclinées face à la Belgique (86-65) en quarts de finale du championnat du monde, vendredi à Tenerife.

Les Françaises, triples vice-championnes d'Europe en titre, n'ont jamais été en mesure d'inquiéter des Belges, beaucoup plus solides et dynamiques, et surtout beaucoup plus efficaces tant sous le cercle qu'à mi-distance. C'est une première pour la Belgique, qui aura la lourde tâche en demi-finale, de se confronter aux Etats-Unis, qui ont largement dominé le Nigeria (71-40).

Des Bleues en manque de vitesse

Très mal parties dans cette rencontre, subissant la déferlante belge, avec le redoutable duo emmené par Emma Meesseman et Hanne Mestadagh, qui a récité une véritable leçon de basket au cours des deux premiers quart-temps (26 points à elles deux durant la première mi-temps, 39 au total) , créant un écart de 22 points en 20 minutes qui a mis les coéquipières de Myiem au tapis, et avec beaucoup trop de points laissés en route, les Françaises n'ont pas eu la capacité de rebondir qu'on leur avait vue en d'autres périodes. Comme, dans le même temps, elles ont été très perméables défensivement, notamment dans le 2e quart-temps (33 points encaissés) , elle se sont très rapidement retrouvées avec un écart déjà très conséquent à la pause (53-31). Elles n'ont surtout pas su mettre le rythme et la tonicité nécessaires pour surprendre les coéquipières d'Ann Wauters, qui a parfaitement tenu son rôle de cadre, alors que du côté français on n'a pas eu l'impression qu'une joueuse, même parmi les plus anciennes, pouvait secouer le collectif. Sans doute aussi que Valérie Garnier a été rapidement en panne de solutions. Et quand elle tentait de mettre en place un système, les joueuses ne parvenaient pas à le mettre correctement en place, elles avaient trop de déchets pour cela . 

Une maladresse rédhibitoire

Même si elles ont eu un sursaut d'orgueil dans le 3e quart-temps, et au début du 4e, une révolte amorcée par la meneuse Romane Bernies, elles sont ensuite retombées dans leurs travers dans l'organisation du jeu, et dans leurs errances offensives (18 ballons perdus durant le match), pour redonner confiance à des Belges beaucoup plus performantes et adroites à mi-distance. Les Bleues ont pourtant eu des ballons, mais, malgré un duo Johannes (17 pts)- Miyem (15 pts) qui a tenté quelque chose, avec seulement 11 paniers sur 43 tirs  (25% de réussite) sous les panneaux, il leur était impossible d'espérer gagner. 

Ce revers sonne comme une première alarme pour cette équipe jeune (moyenne d'âge 25 ans), avec une composition assumée par la sélectionneuse. Son manque d'expérience s'est vu dans les moments cruciaux, et sans doute davantage encore dans ce match éliminatoire, qu'elles n'ont pas su prendre par le bon bout.

Christian Grégoire

Coupe du Monde de Basket