Vincent Collet
Le sélectionneur de l'équipe de France Vincent Collet | AFP - JAVIER SORIANO

Vincent Collet s'étonne de la programmation

Publié le , modifié le

Moins de 24 heures après son élimination en demi-finale du Mondial face à la Serbie, la France doit déjà rejouer pour la "petite finale" contre la Lituanie. Une programmation étonnante et forcément moins avantageuse pour les Bleus qui ont eu un jour de moins pour se reposer que leurs adversaires. Vincent Collet, le sélectionneur, n'apprécie pas et l'a fait savoir.

Les têtes bleues doivent encore être à cette demi-finale perdue ce samedi matin. Cette défaite de 5 points contre la Serbie (90-85) et cette première mi-temps ratée resteront sûrement dans les mémoires alors qu'il y avait sûrement mieux à aller chercher après avoir éliminé l'autre ultra-favori espagnol en quart. Mais les Bleus n'ont pas le temps de cogiter s'ils ne veulent pas terminer au pied du podium. Car oui, il y a une première médaille dans un championnat du monde à aller chercher. Cette médaille de bronze face à une équipe lituanienne terrassée par les Etats-Unis en demie (96-68), mais reposée. Les Lituaniens ont joué jeudi et ont donc un jour de plus par rapport aux Bleus, éliminés vendredi soir, un peu avant minuit. Au coup de sifflet final, Vincent Collet savait que ses joueurs n'auraient que 18 heures avant de refouler le parquet pour cette "petite finale".

Récupérer

"On aurait pu choisir de protéger nos meilleurs joueurs pour demain  (samedi)", a-t-il expliqué. "Mais on a préféré jouer jusqu'au bout, parce que  c'est une demi-finale d'un Mondial." "On est maintenant dans une position très difficile, parce qu'il est minuit  et qu'on joue à 18 heures demain", a-t-il déploré. "Je ne me rappelle pas, depuis que je joue des Championnats d'Europe ou des  Mondiaux, qu'il soit déjà arrivé que les deux demi-finales ne sont pas jouées  le même jour", a-t-il observé. "Pour moi, c'est une première. Normalement, les demi-finales sont le même  jour pour que toutes les équipes aient des chances égales. Là on a seulement 18  heures pour récupérer", a-t-il ajouté. Un détail qui pourrait avoir son importance alors que les organismes seront forcément usés après 15 jours de compétition et des semaines de préparation. Mais replonger tout de suite est aussi le meilleur moyen d'oublier. Nicolas Batum ne disait pas autre chose : "Maintenant, nous avons 24 heures pour oublier et aller chercher une médaille de bronze".

Benoit Jourdain @BenJourd1

Coupe du Monde de Basket