Vincent Collet
Vincent Collet encourage ses joueurs | AFP

Vincent Collet: "Impossible n'est pas français"

Publié le , modifié le

Vincent Collet n'a pas caché son immense bonheur après la victoire sur l'Espagne, en quart de finale de la Coupe du monde de basket (65-52). Mais celui qui a permis aux Tricolores de décrocher le titre continental l'an passé sait aussi qu'il faut toute de suite se remobiliser pour "ne pas gâcher" cet exploit. "Je ne rêve que d'une chose c'est de jouer les Américains dimanche", a déclaré le coach français. Le match sera diffusé vendredi sur France 2 (22h) et Francetvsport.fr, ainsi que la finale en cas de qualification tricolore.

Vous aviez dit que ce serait le plus grand défi de votre carrière de sélectionneur...
Vincent Collet : "On a relevé ce défi. Pour ce genre de match, tout le monde doit être à l'unisson. Hier soir (mardi) on a fait notre meilleur entraînement depuis le début du tournoi, et même ceux qui n'ont pas joué ce soir étaient à fond. Donc il faut associer tout le monde dans cette victoire. On avait peu de chances de gagner ce match. Il ne faut pas minimiser cet exploit. C'est notre  investissement, notre abnégation et notre discipline qui nous ont fait gagner. Dès qu'on en a manqué, on a été en difficulté, comme dans le troisième quart-temps. Le plus important, c'était d'être à fond tout le temps."

Est-ce que vous réalisez ce que vous avez réussi  ?
VC :
"Oui on se rend compte. On s'est embrassé après le match. Mais on est  vite retombé parce qu'on sait comment fonctionnent ces Championnats. J'ai vu  jouer la Serbie contre les Grecs et les Brésiliens, ils ont été énormes, ils montent. La règle qui veut qu'on ait du mal à battre deux fois la même équipe  dans une compétition peut aussi s'appliquer à nous. Le match de vendredi sera  au moins aussi dur que celui de ce soir, voire plus. Le premier match contre  les Espagnols les a laissés croire que l'impossible ne pouvait pas se produire.  On sait qu'impossible n'est pas français. Et ce matin, j'avais l'impression de  voir le soleil d'Austerlitz quand j'ai ouvert mes rideaux dans la chambre. La  première difficulté c'était que les joueurs soient convaincus. On n'avait pas  le droit de faire autant d'erreurs qu'on en avait commises à Grenade. Les  joueurs ont vraiment entendu ça et se sont mobilisés. Ils ont tout donné. En  terme d'investissement et d'abnégation, ce match est une référence pour  toujours. Je suis ravi de ce que les jeunes joueurs ont amené. Thomas (Heurtel)  a fait une fin de match exceptionnelle. Rudy Gobert a été incroyable, et  Joffrey (Lauvergne) avant. Rudy et Joffrey, c'est 23 rebonds à deux et une  défense incroyable sur Pau Gasol."
   
L'Espagne finit à 52 points. Etait-ce imaginable ?
VC : "Non franchement. Je pensais qu'on pouvait les faire descendre sous les 70. 52 non, même dans mes rêves les plus fous, ce n'était pas possible. Bien sûr, on a savouré et on va le faire encore. On n'est pas insensible. Mais  l'idée, c'est de ne pas gâcher. Il reste trois très fortes équipes, dont une qui est à mon avis largement au-dessus, les Etats-Unis. Les deux autres sont plus dans nos cordes, mais elles ne nous sont pas inférieures. Je pense même  qu'elles nous sont légèrement supérieures. La Serbie est en accélération, mais  j'ai senti un relâchement dans le comportement du Brésil. Donc il faut qu'on évite ce relâchement. On a fait l'incroyable, mais maintenant l'objectif c'est de battre cette Serbie qui redevient une grande équipe. On sait que ça va être un match très difficile, mais je ne rêve que d'une chose c'est de jouer les  Américains dimanche. Si on fait ça, là on pourra dire que c'est vraiment fort. Cette équipe mérite d'aller chercher quelque chose. N'importe quel métal nous satisferait. Bien sûr la plus belle couleur possible. Même la troisième place serait magnifique, mais pour ça il va encore falloir faire un exploit."

Coupe du Monde de Basket