Les Etats-Unis en trombe… avant d’affronter les Bleues?

Les Etats-Unis en trombe… avant d’affronter les Bleues?

Publié le , modifié le

Team USA a confirmé son statut de grandissime favorite de la Coupe du monde de basket en réalisant un premier tour canon. Comme l’Espagne, l’Australie et la Turquie (pays hôte), les Américaines se sont directement qualifiées pour les quarts de finale du tournoi, où elles pourraient affronter les Braqueuses.

Tenantes du titre, les Américaines n’ont pas attendu les phases finales de la compétition pour donner le ton. Les Serbes, qui ont pris 20 points (74-94), n’ont pas démérité. Les Chinoises ont tenu une mi-temps avant de couler (87-56). Et les Angolaises n’ont même pas existé, pulvérisées par la supériorité athlétique adverse, et encaissant la plus lourde défaite de l’histoire de la Coupe du monde (75 points d’écart, 119-44). Emmenées par la nouvelle pépite du basket US, Brittney Griner (23 ans, 2,03m, 13,3 points et 8 rebonds de moyenne) et la polyvalente Maya Moore (16 points, 7,7 prises de moyenne), l’armada américaine n’a pas forcé son talent collectif pour terminer en tête du groupe D.

Les Braqueuses visent leur plus beau hold-up

L’Espagne, championne d’Europe en titre, a tout aussi facilement dominé son sujet, remportant ses trois rencontres avec une avance supérieure ou égal à 24 unités, portées par l’intérieure Sancho Lyttle (17 points, 13 rebonds de moyenne). L’Australie s’est elle joliment extirpée en tête d’un Groupe C certes peu relevé, à l’image du premier tour bien maîtrisé par la Turquie devant son public. Faisant tomber les Françaises d’entrées, les hôtes de la compétition se sont assurées une qualification directe pour les quarts de finale.

Les Braqueuses, qui se sont rattrapées par la suite en corrigeant le Mozambique puis en battant difficilement le Canada, devront donc elles passer par la case barrages. Deuxièmes de leur groupe, elles héritent du Brésil, un adversaire à leur portée qu’elles avaient battu en préparation (83-62). Mais les Auriverde n’avaient alors pas encore récupéré ses "Américaines", l'ailière Damiris Dantas ainsi que les intérieures Nadia Colhado et Erika de Souza… tout comme les Bleues évoluaient sans Céline Dumerc et Sandrine Gruda. Les joueuses de Valérie Garnier partiront donc favorites d’un huitième qui pourrait un chemin alléchant : celui d’un quart face aux redoutables Américaines, qui n’ont perdu qu’une rencontre internationale ces huit dernières années. C’était il y a dix jours, contre l’équipe de France.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer