La Serbie en quarts après avoir réduit la Grèce en miettes

La Serbie en quarts après avoir réduit la Grèce en miettes

Publié le , modifié le

La Serbie a réussi une performance de premier plan en concassant la Grèce (90-72) pour accéder aux quarts de finale de la Coupe du monde à Madrid.

Les Serbes, 4e du Mondial-2010, affronteront le Brésil ou l'Argentine  mercredi (18h00) et, au vu de ce qu'ils ont montré contre les Grecs, peuvent  voir bien plus loin. La Grèce, pour laquelle la disette de médailles se poursuit - elle n'a plus  été sur le podium d'une compétition internationale depuis sa 3e place à  l'Euro-2009 - n'a pas tenu la distance face à une attaque serbe fonctionnant à  plein régime.

Les deux équipes ont offert au public madrilène un match de très haut  niveau, probablement le plus intense et spectaculaire depuis le début du  Mondial. Elles se sont rendu coup pour coup lors d'une première période très  rythmée et marquée par une grosse adresse des deux côtés. La Serbie a frappé la première grâce à l'athlétique Nikola Kalinic, auteur  d'un dunk monstrueux sur la tête de Giannis Bourousis. Avec ses 12 points,  l'ailier serbe a bien contribué aux vingt premières minutes très encourageantes  de son équipe.

Mais la Grèce ne s'en est pas laissée compter et a trouvé des réponses  collectives, autour d'un Nikos Zisis impeccable aussi bien comme organisateur  que comme finisseur. Avec ses 60% d'adresse (dont un 5 sur 9 à trois points), la Serbie a  logiquement viré en tête à la pause (46-42). Elle a fait un peu enfler cette  avance dans un troisième quart-temps au cours duquel les deux équipes ont durci  leur défense.

La double rotation de Nenad Krstic et Miroslav Raduljica au poste de pivot  a commencé à user Giannis Bourousis et les Serbes ont creusé un premier écart  significatif (64-53, 29e). Cherchant vainement un leader offensif, les Grecs, qui étaient invaincus  jusque-là après avoir gagné leurs cinq matches de poules, ont alors été  incapables de répliquer et se sont même effondrés. Euphoriques, à l'image de Bogdan Bogdanovic (21 points), les Serbes ont  continué sur le même tempo, pour donner au score final des proportions ne  reflétant pas forcément la dure bataille qu'ils avaient dû mener.

AFP