France-Croatie: Maintenant c'est du sérieux

France-Croatie: Maintenant c'est du sérieux

Publié le , modifié le

Après un premier tour cahin-caha, l'équipe de France de basket entre dans le vif du sujet. En 8e de finale, ils affrontent la Croatie à 18h à Madrid. Il y a quatre ans, l'équipe de France n'avait pas sur hausser son niveau de jeu et avait été balayée par la Turquie. Emmenée par les pépites, Sariv, Tomic et Bogdanovic, la Croatie a des beaux arguments à faire valoir. Vincent Collet et ses joueurs sont prévenus: les choses sérireuses commencent.

"Je veux croire que c'est du 50-50". Vincent Collet est prudent à l'aube de ce 8e de finale de Coupe du monde qui opposera le champion d'Europe au 4e de ce même Euro en 2013. Il connaît la chanson Vincent Collet. En 2010, après une première phase déjà terminée avec 3 victoires et 2 défaites, les Bleus avaient largement chuté face au pays hôte, la Turquie, victorieuse 95-77. Dans l'effectif bleu, Nicolas Batum est là, tout comme Borias Diaw, Flo Piéturs ou Mickaël Gelabale. Quatre ans plus tard, ils ont tous pris de la bouteille. Si la Croatie n'est pas la Turquie de 2010 vice-championne du monde, il faudra s'en méfier. Placée dans un groupe moins fort que celui de la France les coéquipiers d'Ante Tomic, le pivot star de Barcelone, ont réalisé une première phase solide malgré une défaite surprise contre le Sénégal.

"La Croatie est à maturité"​

Dans cet effectif croate, certains noms résonnent dans les têtes des amateurs de basket européen. Ante Tomic règne sur le basket espagnol et européen avec le FC Barcelone. En Euroleague cette saison, il a réussi un match à 26 points et 15 rebonds. Seul l'immense Sabonis l'avait fait avant lui. De quoi classer un homme. A 27 ans, Tomic est au sommet de son art et s'il ne rejoindra sans doute jamais la NBA, il est très heureux en Europe. "La Croatie  arrive à maturité, mais on a des atouts à faire valoir" reconnaît Collet.

Les principaux atouts croates s'appellent  Bojan Bogdanovic et Dario Saric. Le premier cité est le meilleur marqueur de son équipe et le 6e de la compétition avec 20 points par match. Dario Saric a lui été drafté par les Sixers de Philadelphie avant d'être envoyé au Orlando Magic en juin dernier. Il est tout simplement considéré comme le meilleur joueur européen de sa génération. Rien que ça. Élu dans le meilleur 5 de la Ligue adriatique, en compagnie de son compère Bogdanovic, Saric a du talent brut entre les mains. Avec Tomic, il forme une paire intérieur impressionnante. Comme si cela ne suffisait pas, c'est là que la France souffre dans ce Mondial.

Diaw et Batum doivent faire plus

Enfantine face à l'Espagne, la défense intérieure française inquiète beaucoup plus qu'elle ne rassure. Joeffrey Lauvergne a beau se battre comme un beau diable, Flo Piétrus a beau être le guerrier qu'il a toujours été, les Bleus souffrent face au tour de contrôle adverse. Pas de chance, c'est là, entre autres, que la Croatie est douée. Rudy Gobert va devoir faire preuve d'une plus grande intensité pour confirmer les espoirs placés en lui.

Autres joueurs qui ne tiennent pas leur rang: Nicolas Batum et Boris Diaw. L'un propulsé leader offensif des Bleus en l'absence de Parker, l'autre capitaine de toujours auréolé d'un titre NBA en juin dernier, tardent à prendre leur responsabilité au sein du collectif français. Batum  a cumulé 9,2 points, 3,4 rebonds et 1,2 passes décisives de moyenne en cinq  matches, et Diaw 7,4 pts, 3,8 rds et 3,8 passes. C'est largement insuffisant. "Il n'y a pas de grande équipe sans grands joueurs. Du fait des absences, on en a forcément moins, donc il est indispensable que ceux dont on dispose encore soient à leur meilleur niveau", souligne Vincent Collet. Limpide. Si Lauvregne Diot, ou même Heurtel et Jackson sont au niveau escompté, les leaders n'en sont pas tout à fait. En première phase, ceci n'a pas porté grand préjudice aux Bleus. Maintenant que les choses sérieuses ont commencé, on ne pardonnera pas à Batum et Diaw un match moyen. Tout comme on ne pardonnera pas aux Bleus de Collet de voir leur aventure s'arrêter au stade des 8es de finale.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot