Pierre Vincent (Asvel)
Pierre Vincent (Asvel) donne ses consignes au temps mort | PHOTOPQR/LE PROGRES

Strasbourg et Villeurbanne pour accompagner Limoges

Publié le , modifié le

Strasbourg et Villeurbanne vont tout faire pour rejoindre le champion de France Limoges en saison régulière de l'Euroligue, lors d'un tournoi qualificatif de quatre jours qui débute ce mardi à Ostende. La SIG, vice-championne de France, et l'Asvel, qui a bénéficié d'une invitation, auront une carte à jouer dans ce tournoi, qui ne désignera qu'un heureux élu et dont le club russe de Kazan, finaliste de l'Eurocoupe la saison passée, sera le grand favori. Les deux clubs français s'affronteront en demi-finales s'ils passent le premier tour. Strasbourg, avec un effectif à l'accent très français, devra d'abord se sortir du piège tendu par le club letton de Riga.

La préparation des Alsaciens a été perturbée par l'absence d'Antoine Diot  et de leur entraîneur Vincent Collet, tous deux médaillés de bronze avec  l'équipe de France au Mondial. "C'est un objectif qui me tient à coeur", explique Collet. "On va essayer  de se qualifier, même si ce ne sera pas facile. Villeurbanne a une armada. Mais  j'aimerais surtout que ce soit un club français qui y aille."

Villeurbanne, qui pourra à Ostende compter sur la présence dans les  tribunes de son président Tony Parker, représente certainement la meilleure  chance française. L'Asvel a fourni un gros effort à l'intersaison sur le marché des  transferts, en recrutant notamment les intérieurs Ahmad Nivins et David  Andersen, ou encore le shooteur américain Travis Bader. Les Villeurbannais devront toutefois se montrer très prudents dès le premier  match face à Ostende, qui avait été battu par Vilnius en finale de ce même  tournoi qualificatif il y a un an. 

"Un tour préliminaire, ça peut se jouer à rien", souligne Edwin Jackson,  également médaillé de bronze avec l'équipe de France. "Ca se joue surtout sur  l'énergie, l'envie, car les équipes n'auront pas encore beaucoup  d'automatismes." Avec son effectif comprenant des joueurs rodés à l'Euroligue, comme Keith  Langford, Nikos Zisis, Kostas Kaimakoglou et D'Or Fischer, Kazan sera cependant  très difficile à prendre en défaut.

AFP