Léo Westermann
Léo Westermann | JORGE GUERRERO / AFP

Limoges un peu juste face à l'Efes Istanbul

Publié le , modifié le

Limoges, avec un effectif presque au complet, n'a pas démérité pour ses débuts en Euroligue de basket, sans pour autant réaliser d'exploit contre l'Efes Istanbul, plus "fort" et vainqueur 89 à 77, vendredi à Beaublanc.

Après Strasbourg, surclassé jeudi à Belgrade par l'Etoile rouge (59-81), Limoges a fait bien meilleure figure dans cette prestigieuse compétition européenne, où depuis 2007 aucune équipe française n'a franchi le premier tour. Comme la Sig, Limoges n'a pas été gâté par le tirage dans un groupe B où figurent aussi l'Olympiakos, finaliste sortant, Vitoria et Milan, deux habitués  du Top 16, ainsi que le Cedevita Zagreb, son prochain adversaire dans six jours. Ce match contre un concurrent direct pour la qualification pour la deuxième  phase s'annonce déjà crucial. Limoges devra éviter toute déconvenue, comme l'an  passé au premier tour, où Zagreb s'était promené sur son parquet (102-83).

Heurtel flambe avec Istanbul

Face à Istanbul, le CSP est notamment tombé sur un "grand" Thomas Heurtel. Le meneur de jeu français qui a sorti de belle stats avec 10 pts et 15 passes décisives. Limoges semblait pourtant un peu mieux armé pour ce match, avec les retours  de blessure des meneurs Heiko Schaffartzik (20 pts, 5 pds) et Randy Culpepper (7 pts, 5 interceptions) et de l'intérieur Ali Traoré (12 pts, 6 rbds). Seul Ousmane Camara (genou) manquait à l'appel.

Vite distancé (0-8), Limoges a été submergé dans le premier quart-temps  (17-30) par l'adresse insolente de l'Efes Istanbul (8/8 aux tirs, dont 6/6 à  trois points en six minutes). Pas au point défensivement, les basketteurs du CSP ont d'abord laissé trop d'espaces au shooteur croate Dario Saric (11 pts), Jon Diebler (21 pts) et Heurtel.

Schaffartzik et Culpepper mènent la révolte

Le meneur des Bleus, absent lors de l'Euro à cause d'un imbroglio avec son  club, a enfoncé le clou (7-25). Les Limougeauds ont repris petit à petit le fil  de la partie. Grâce à ses meneurs Schaffartzik et Culpepper, le CSP est revenu à -8 à l'approche de la mi-temps (37-45). Mais à chaque fois que l'écart se réduisait, l'Efes réaccélérait. La situation s'est reproduite dans le dernier quart où Schaffartzik a ravivé la  flamme (72-80), vite éteinte par une bombe à longue distance de Jayson Granger  (72-85).

Coupe d'Europe de Basket