Panathinaikos-Barcelone
. | AFP - ARIS MESSINIS

Le Barça s'offre une belle en Euroligue

Publié le , modifié le

Barcelone a remporté le 4e match de son quart de finale d'Euroligue face au Panathinaïkos (70-60) pour égaliser et s'offrir une belle au Palau Blaugrana. En jeu, une place pour le Final Four de la plus belle des compétitions européennes.

Les trois premiers matches de cette série de quart de finale d'Euroligue entre Barcelone et le Panathinaïkos ne s'étaient jamais terminés sur un écart de plus de deux points. Vainqueur en Catalogne (65-66), le Pana avaient l'occasion de rejoindre le Real Madrid, premeir club qualifié pour le Final Four de la plus prestigieuse des compétitions européennes de basket. Finalement, les hommes d'Argiris Pedoulakis en sont quittes pour une 5e et ultime manche au Palau Blaugrana. Trop maladroits, les Grecs n'ont pu cette fois s'en remettre à un Diamantidis à côté de ses pompes (0 point). Revenus dans le sillage des Espagnols au début du 3e quart-temps, les Hellènes ont plié sous le talent d'Ante Tomic (16 pts, 5 rbds), bien relayé dans le money-time par un Juan-Carlos Navarro clutch (17 pts).

Barcelone démarre fort

D'emblée, le Barça prend le match par le bon bout afin de ne pas laisser s'embraser une Olympic Indoor Hall au bord de l'explosion. Efficaces, les visiteurs déroulent leurs systèmes, équilibrant la marque grâce aux nombreuses inspirations d'un Huertas aux appuis déroutants (10 pts, 6 pd). Très maladroits, les locaux ne peuvent s'appuyer que sur la puissance du buffle Sofo Schortsanitis alias Baby Shaq, qui domine la peinture.  Pas assez pour compenser le 0/5 des siens derrière la ligne à trois points et verrouiller le rebond défensif (5 rebonds offensifs pour Barcelone). 

Les Catalans aspirent tous les rebonds (19 à 9 au milieu du 2nd quart-temps) alors que le Pana gâche de nombreuses munitions près du cercle. Meilleur marqueur de la rencontre côté grec Mike Bramos (15 pts) remet pourtant son équipe dans la course en convertissant un premier tir primé (1/8). Les Blaugrana égarent quant à eux quelques ballons par précipitations, forcés par la défense plus agressive de ceux qui ont terminé 4e du Top 16 groupe E. Menés de 10 points à la fin du premier quart-temps, les Athéniens recollent à quatre unités à la pause (27-31). 

Tomic et Navarro font leurs chantiers

Equipe la plus impressionnante depuis le début de la saison, avec 22  victoires en 24 matches avant ces quarts de finale, le Barça monte en régime dans le deuxième acte. Leur zone 2-3 en défense étouffe le Pana et Ante Tomic joue les poumons en attaque. Le longiligne intérieur croate aligne 6 points consécutifs dont un alley-hoop en haute altitude pour redonner de l'air à sa formation. Endormi lors des trois manches inaugurales, Erazem Lorbek retrouve la mire longue distance et offre 11 points d'avance aux troupes de Xavier Pascual. L'écart culmine même à 17 unités. Les hommes de la capitale grecque ne rentrent pas leurs shoots ouverts (11/25 à 2 points à la fin du 3e QT). 

A domicile, les sextuples champions d'Europe (1996, 2000, 2002, 2007, 2009, 2011) ne capitulent pas et bousculent leurs adversaires. En bon capitaine de route, Juan-Carlos Navarro se charge d'éteindre leurs derniers espoirs. D'une paire de maîtres tirs primés couplée à un autre panier, le petit meneur espagnol abat ses derniers atouts. Sans jeu, le Panathinaïkos n'a d'autre choix que de se coucher. Barcelone est toujours en vie. 

Jerome Carrere

Coupe d'Europe de Basket