Céline Dumerc (Bourges)
Céline Dumerc (Bourges) | ATTILA KISBENEDEK / AFP

Euroligue: Bourges débute mal

Publié le , modifié le

Bourges a très mal débuté le Finale 8 de l'Euroligue dames en s'inclinant dans son premier match face aux Tchèque de Prague (56-51) lundi à Ekarinbourg. Mal entrées dans la partie, dominées aux rebonds, et malheureuses dans le dernier geste, les championnes de France avaient pourtant encore toutes les cartes en main à l'entame du dernier quart temps (+6 points) . Mais elles ont complètement déjoué dans les dix dernières minutes, et les Praguoises, guère plus en réussite offensivement, ont pris confiance et sont allées chercher une victoire inespérée. La situation devient compliquée pour Bourges qui va affronter dans son 2e match mardi l'ogre russe d'Ekaterinbourg pour son entrée en matière a dépecé l'autre équipe russe d'Orenburg (80-47).

Si Bourges avait la faveur des pronostics, fort de son passé agrémenté de trois titres européens, les Tchèques qui arrivaient pour la première fois à ce niveau n'avaient quant à elles aucune pression, et se disaient peut-être que, pour sauvegarder leurs chances, elles devaient absolument enlever ce premier match.

C'est sans doute la raison pour laquelle elles sont beaucoup mieux entrées dans le match, alors que les Berruyères semblaient amorphes dans une salle vide qui sonnait creux. Si elles trouvaient leurs marques dans les fixations et la libération, elles avaient beaucoup de mal dans la finition, alors que Prague jouait beaucoup plus simplement et prenait l'avantage au score, grâce notamment à Vaughn (18 pts, 15 rebonds). 

Les deux équipes étaient très proches l'une de l'autre, les Françaises s'appuyant sur leur collectif et leur solidarité défensive, et les Tchèques sur des actions de drive mieux maîtrisées, et surtout en faisant une moisson de rebonds (40) . Elles menaient d'une petite longueur à la pause (27-26).

Du bon et du pire

L'espoir renaissait du côté des Tangos, dans un troisième quart temps où enfin, elles se trouvaient davantage, alors que Céline Dumerc, jusqu'alors nerveuse et fébrile, pouvait enfin mettre en place des systèmes qui se terminaient par des points, grâce en partie à Endy Myiem (18 pts). Avec un avantage de six points (43-37) au début du dernier quart-temps, les filles de Valérie Garnier pensaient avoir le match en main. C'est alors que la dynamique s'est totalement inversée. Elles ont recommencé à commettre beaucoup de fautes, à perdre des ballons (18 au total) , et n'ont pas toujours scoré au moment opportun, laissant notamment beaucoup de points sur la ligne (6 lancers francs sur 10), et les rebonds à leurs adversaires. Les Tchèques se sont alors senties pousser des ailes, et ont mis à leur tour du rythme et de l'intensité. Avec au bout une victoire qui modifie la donne dans ce groupe B qui, s'annonce donc ouvert pour la deuxième place à prendre derrière Ekaterinbourg qui s'annonce intouchable         

Christian Grégoire