David Lighty, Bojan Bogdanovic, Nanterre, Fenerbahçe
Le Nanterrien David Lighty attaque Bojan Bogdanovic | BULENT KILIC / AFP

Euroleague: Fenerbahçe-Nanterre (83-66)

Publié le , modifié le

Leader invaincu du groupe A, le Fenerbahçe Ulker Istanbul a dû batailler ferme pour venir à bout de Nanterre sur son parquet à l'occasion de la 5e journée d'Euroligue (83-66). Vainqueurs de Barcelone et Kiev lors de leurs deux dernières sorties européennes, les champions de France ont poussé l'armada turque dans ses derniers retranchements.

Finalement, l'expérience et le talent ont vaincu. Pendant trois quart-temps et demi, Nanterre a tenu tête à l'armada du Fenerbahçe dirigée par le recordman de victoires finales en Euroleague, Zeljko Obradovic (8 titres). Bogdanovic, McCalebb, Kleiza, Preldzic, les noms couchés sur la feuille de match aurait pu faire trembler les hommes verts. Ce n'est pas leur genre. Avec une meilleure adresse à trois points (6/24) et une fin de match mieux maîtrisée, ils auraient même pu prendre la salle du Fener' après celle de Barcelone.

Un 2e quart-temps manqué

Malgré sa première défaite en ProA concédée le week-end dernier et l’adversité proposée, Nanterre joue le Fenerbahçe les yeux dans les yeux. Après cinq minutes, les Franciliens mènent sur le parquet de l’Ulker Sports Arena, grâce à deux points de Will Daniels (10-11), meilleur marqueur de son équipe en Euroleague cette saison (12 pts de moyenne). David Lighty, revenu contre Le Mans en Championnat, imite son partenaire en contre-attaque (10-13). Le ballon tourne bien en attaque et la défense est efficace. Mais dans le camp d’en face, Bogdanovic, co-meilleur scoreur de la compétition, ne s’en laisse pas compter (20 pts). Poste bas, tirs de loin, le Croate est inarrêtable et remet les locaux devant (17-13, 7e).

Dans le second quart-temps, les hommes de Pascal Donnadieu lâchent du lest. Trahis par leur adresse longue distance (1/7 à 3 points, 12e), une de leurs marques de fabrique, les champions de France en titre subissent les assauts turcs. Sous le cercle, le trio Bjelica (15 pts), Kleiza, Bogdanovic profite de son avantage de taille pour creuser l’écart. Le premier enchaîne 5 points en 5 minutes (32-24, 16e). Gladyr (10 pts) répond par deux pénétrations gagnantes pour la JSF mais McCalebb accélère le rythme dans les rangs des locaux. Nanterre multiplie les fautes et ne doit qu’au bon passage d’Ali Traoré (6 pts en 2 minutes) de rester dans le match à la mi-temps malgré un shoot au buzzer de Kleiza (44-32).

Traoré porte Nanterre

Les pensionnaires de la Halle Carpentier en Euroleague reviennent des vestiaires avec d’autres intentions. Agressifs des deux côtés du terrain, ils déboussolent le Fener’, à l’image de ce panier du bout du monde de Gladyr ou ce rebond offensif gagnant de Thomas (51-45, 22e), sans oublier les deux marchés consécutifs de Vidmar. Les hommes d’Obradovic laissent passer l’orage et reprennent le large avec un missile longue portée de Mahmutoglu (58-47, 29e). Maladroit jusque-là derrière l’arc (0/3), Trenton Meacham sort de sa boîte pour poignarder le Fenerbahçe (58-50). La rencontre gagne en intensité.

Traoré enchaîne bonne action défensive et shoot du gauche en crochet. Le pivot international est irrésistible (20 pts à 9/12 aux tirs) et inspire son partenaire Will Daniels (13 pts), qui téléguide un trois points dans le cercle (65-61, 36e). Dans la foulée, Gladyr fait une faute bête et offre trois lancers-francs réussis par Preldzic (16 pts. Foster lui répond de loin (68-64, 37e). La fin de match sent le souffre. Dans cet extra money time, l’expérience des Turcs fait la différence. Quand Thomas égare un ballon, McCalebb, Bogdanovic et Bjelica assassinent à trois points (79-64, 38e). Le rêve est passé mais la JSF Nanterre a encore prouvé qu'elle avait le niveau pour combattre avec le haut du panier continental. Le Top 16 est encore d'actualité.

Jerome Carrere

Coupe d'Europe de Basket