Richard Dacoury explose de joie, Limoges est champion d'Europe
Richard Dacoury explose de joie, Limoges est champion d'Europe | OLIVIER MORIN / AFP

De Limoges à Nanterre, les grandes épopées européennes du basket français

Publié le , modifié le

La France a souvent été fâchée avec l'Europe. En sport, les clubs de l'hexagone ne pèsent pas bien lourd dans les palmarès continentaux. Sauf peut-être en basket où les Limoges, Orthez, Nancy et Nanterre ont écrit quelques belles pages. Ils seront bientôt rejoints par Chalon-sur-Saône ou Nanterre qui s'affrontent en finale de la Coupe Fiba.

  • Limoges – Vainqueur de la coupe des clubs champions 1993

Limoges – Vainqueur de la coupe des clubs champions 1993

L’exploit est monumental. « Le jour de gloire » selon la Une de L’Equipe un mois avant la victoire de Marseille sur Milan en foot. Le 15 avril 1993, Limoges vient à bout du Benetton Trévise de Toni Kukoc 59-55 au terme d’un match étouffant. La surprise est énorme car auparavant, le CSP avait déjà eu la peau du grandissime favori le Real Madrid avec sa star Arvydas Sabonis. Un succès minutieusement préparé par le coach serbe Boja Maljkovic qui fera de ses troupes des guerriers derrière la gâchette de luxe Michael Young. « Je pouvais prendre deux chemins : le premier, jouer un basket ouvert, faire la fête du jeu et perdre tous les matches ou 50 %, a expliqué Maljkovic dans L’Equipe. On aurait terminé comme de bons garçons sympas mais sans résultat. Le second, le chemin que mes joueurs ont accepté à 120 % : travailler énormément, beaucoup plus que les autres, pas seulement au niveau français mais aussi européen. »

VIDEO : Le sacre du CSP Limoges

  • Nanterre – Vainqueur de l’Eurochallenge 2015

Nanterre – Vainqueur de l’Eurochallenge 2015

L’omnipotence de l’Euroligue a relégué l’Eurochallenge au dernier rang des autres compétitions continentales. Vierge de tout palmarès européen, Nanterre s’en fiche bien. Un an après avoir remporté son premier titre national, la JSF (qui deviendra Nanterre 92) se hisse en finale face aux Turcs de Trabzonspor. Sur le parquet de Trabzon, les hommes de Pascal Donnadieu résiste à la chaude ambiance mise par les 7.000 supporters locaux. Après avoir mené presque tout le match, les Franciliens s’écroulent dans le dernier quart-temps. Trabzonspor passe devant à 13 secondes de la fin et défend bec et ongle son trophée. Nanterre abat sa dernière. Après un énorme rebond entre deux Turcs, Johann Passave-Ducteil glisse le ballon à TJ Campbell qui surgit de nulle part pour marquer le panier de la victoire à l’ultime dixième (64-63). Cela faisait 13 ans que la France n’avait plus remporté le moindre titre européen (Coupe Korac 2002).

VIDEO : L'incroyable final de Nanterre

  • Limoges – Vainqueur de la Coupe Korac 2000

Limoges – Vainqueur de la Coupe Korac 2000

Envers et contre tous ! L’an 2000 approche. Confronté à un déficit monstre, le CSP Limoges est sur le point de disparaître de la carte du basket professionnel. Dans un sursaut collectif autour du capitaine Yann Bonato, plusieurs joueurs baissent leur salaire et disputent chaque match comme si c’était le dernier. Nait une incroyable épopée qui voit les Limougeauds rafler le titre national, la Coupe de France et la Coupe Korac. En Europe, Limoges se révèle injouable et assomme Malaga dès la finale aller remportée 80-58 avec 31 points de Marcus Brown. Le CSP peut relâcher au retour. Malgré la défaite de 9 pts, le club remporte un 5 titre européen, le dernier à ce jour.

  • Limoges – Vainqueur de la Coupe Korac 1982

Limoges – Vainqueur de la Coupe Korac 1982

Limoges a été de toutes les premières en Europe. Avant son Graal de 1993, le CSP avait ouvert le compteur des clubs français, tous sports confondus. Avec l’inauguration du palais des sports de Beaublanc en 1980, Limoges monte en puissance. Le club confie alors son avenir sportif à André Buffière qui dispose avec Apollo Faye, Ed Murphy, Richard Dacoury et Jean-Michel Sénégal d’un groupe à fort potentiel. Les résultats arrivent très vite, notamment sur la scène européenne. Tant et si bien que le 17 mars 1982, une marée verte se rend à Padoue. 36 heures de train et 40 minutes plus tard, le CSP musèle les Yougoslaves de KK Sibenka (Sibenik) où figurait le regretté Drazen Petrovic. Murphy rate sa première mi-temps mais son réveil met Limoges sur la route du titre. « Ils ont fait preuve d’un courage extraordinaire, explique André Buffière dans une salle en délire au micro de FR3. Comme contre Zadar on a été mené plusieurs fois de dix points mais on est revenu. »

VIDEO : La naissance du mythe limougeaud

  • Orthez – Vainqueur de la Coupe Korac 1984

Orthez – Vainqueur de la Coupe Korac 1984

Après deux succès du CSP Limoges en Coupe Korac, Orthez prend la succession de son grand rival. Avant de grandir dans la fusion avec Pau, le club béarnais s’installe dans le gotha du basket français à travers sa victoire dans la 3e coupe européenne. Un premier titre qui tient à un fil. En quarts de finale, Zadar a les deux lancers-francs de la gagne à quatre secondes de la fin …et les rate. L’Elan se débarrasse d’Antibes en demi-finales et avant d’affronter l’Etoile rouge de Belgrade en finale à Paris (salle Pierre de Coubertin). Un match à sens unique pour Freddy Hufnagel, Christian Ortega, John McCullough, les frères Gadou et consort remporté 97-73 !

VIDEO : Une Coupe Korac pour Orthez !

  • Nancy – Vainqueur de la Coupe Korac 2002

Nancy – Vainqueur de la Coupe Korac 2002

C’est l’histoire d’une petite dernière. Créée en 1972, la Coupe Korac, 3e trophée dans la hiérarchie continentale, a vécu trente ans et a fait parfois les beaux jours des clubs français avant de fusionner avec la Coupe Saporta pour devenir l’Eurocup. Nancy a perpétué cette tradition une ultime fois en remportant la dernière édition contre Rostov. Dans une finale en mode aller-retour, le SLUC avait plié son affaire lors du premier acte dans sa salle (98-72) avant de contrôler les Russes au retour (74-95). Pour une fois les perdants avaient le sourire et dédiaient leur titre à Hervé Dubuisson, leur ancien coach victime d’un grave accident de la route mois d’un un an plus tôt.

Xavier Richard @littletwitman