Eric Girard
Eric Girard, à la tête du Portel, peut-il aller au bout de l'exploit? | Johan BEN AZZOUZ/PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Coupe de France : Eric Girard, la finale d’une vie

Publié le , modifié le

Le Portel (Pro B), sensation de la Coupe de France de basket, est aux portes de l’exploit ce dimanche en finale (18h30), face à l’ogre strasbourgeois. Symbole de l’épatant parcours du club nordiste : son coach, Eric Girard, opéré d’un cancer des cordes vocales il y a deux ans et auteur d’un admirable retour sur le devant de la scène.

Entre Le Portel et Girard , c'est une belle histoire. Opéré en 2013 d'un cancer des cordes vocales qui l'oblige à parler avec un électro-larynx, Girard a traversé l'épreuve avec un club tout entier solidaire à ses côtés. "La finale de Coupe de France, c'est pour moi le bonheur de renvoyer l'ascenseur à mon président Yann Rivoal, un homme fantastique, à mes dirigeants et aux joueurs qui m'ont toujours fait confiance lors de ma maladie", explique-t-il.

Après une finale à la Semaine des As avec Le Havre (2003), deux finales de Pro B avec Limoges (2009, 2010), le titre de champion de France avec...Strasbourg (2005) et déjà deux Coupes de France avec Cholet (1998, 1999), Girard voulait offrir ce plaisir aux Portellois. "C'est ma septième finale... Au moins une par club où je suis passé. Je l'avais promis au Portel!", s'amuse-t-il. Onzième budget de ProB avec seulement 1,5 million d'euros, le club nordiste a sorti successivement Le Mans (69-68) en seizièmes de finale, Le Havre (82-75) en huitièmes, Villeurbanne (88-86) en quarts et Limoges (88-81) en demi-finale. Quatre clubs du top huit de Pro A: tout sauf un hasard!

"Des frissons"

Avec leurs maillots verts et leurs airs de carnaval, les supporteurs, élus meilleur public de ProB en 2010, semblent partout chez eux. "Cela donne des frissons. Après la victoire contre Limoges, les hymnes durèrent plus d'un quart d'heure après le coup de sifflet final", rappelle Pascal Jullien, ancien joueur du CSP, aujourd'hui responsable technique du centre de formation. Dimanche, seize bus partiront du Portel pour rejoindre la capitale. "C'est historique. Jamais le club n'était allé plus loin que les quarts de finale. On sera aux alentours de 1300. Mais j'ai reçu près de 3000 demandes, soit un tiers de la population de la ville", s'enthousiasme le président Rivoal. Poussé par cette ferveur, Le Portel est un collectif qui adore la contre-attaque, mené par un redoutable entraîneur. "Eric Girard sait mettre en confiance tout le monde, à l'image du meneur Benoît Mangin" (5e meilleur passeur de ProB), poursuit M. Rivoal. Cela suffira-t-il face à Strasbourg?

"La SIG n'a pas ou peu de concurrents en Pro A. On aurait pu espérer un adversaire plus abordable. Eh bien non, cela sera la meilleure équipe de la saison, analyse le coach. Même si nous n'avons qu'une chance sur cent, il faut la saisir. Qui pouvait croire en notre qualification lors des quatre dernières rencontres de Coupe?" Après la finale, Le Portel reviendra dès mardi au quotidien de la ProB, avec un déplacement à Evreux déterminant pour décrocher une place en playoffs. Enfin, la saison prochaine, le club entrera dans ses nouveaux murs, une salle de 3500 places actuellement en construction. Pour l'heure, l'ESSM Le Portel veut croire en son étoile. Fondé en 1920 par la société des oeuvres d'éducation populaire de la paroisse, le club possède des valeurs humaines qui lui permettent de renverser des montagnes. Et Girard le sait.