Cholet Barcelone Euroligue DeMarcus Nelson Victor Sada 10 2010
Victor Sada (Barcelone) face à DeMarcus Nelson (Cholet) | AFP PHOTO / FRANK PERRY

Cholet sort les mouchoirs

Publié le , modifié le

Cholet a bien résisté à l'ogre barcelonais en ne s'inclinant que sur la fin d'un match longtemps indécis ce mercredi à La Meilleraie. Les Catalans, qui avaient pris les choses en mains dès l'entame (2-10 après 3 minutes), se sont un peu endormis pour laisser l'équipe des Mauges revenir progressivement dans la partie (73-74 à une minute trente du terme). L'expérience a néanmoins fait la différence dans le money time (77-84).

L'exploit était tout proche et les 5000 supporters français y ont cru jusqu'au bout. Complètement débordés à Sienne lors de la première journée (76-44), les  Choletais ont nettement redressé la barre face à l'ogre blaugrana, au budget  cinq fois supérieur. Malmenés dès les premières minutes par le FC Barcelone (un 10-0 encaissé dans les trois premières minutes), les Choletais ont su se ressaisir pour offrir une superbe opposition aux Catalans qui n'ont dû leur salut qu'à leur science des moments décisif. Les Champions d'Europe ont pourtant bien mené les débats jusqu'à la pause grâce à un bon Erazem Lorbek (14-24 à la fin du 1er quart temps, 29-38 à la pause). Mais la formation française réagissait sous l'impulsion d'Avladovic (12 pts), de Nelson (10 pts) et de Robinson (16 pts, auteur notamment d'un panier primé qui ramenait les siens à 5 longueurs -51-56) en profitant de la maladresse adverse (8/23 aux tirs primés).

Portés par une salle en fusion et par l'euphorie d'avoir ravi à leurs  adversaires le gain des 2e et 3e quart-temps (15-14 et 22-20), les Choletais pensaient l'exploit possible. Cholet infligeait ainsi un 9-1 à son rival ponctué par un panier du précieux Mejia (17 pts, 5 pd) qui permettait aux siens de recoller à deux petits points (66-68) puis à une unité (73-74) à 1'48 de la fin. Mais Navarro (15 pts, 6 passes), Ndong à l'intérieur (16 pts, 7 rebonds) et surtout Lorbek (19 points au total + 5 rebonds) tuaient le match, le Slovène d'un "trois points" assassin à 30 secondes du terme (73-80), pour une défaite dont les hommes d'Erman Kunter n'auront pas à rougir. Reste maintenant à remporter le match déjà décisif face à Vilnius, un concurrent direct pour la qualif, mercredi prochain à domicile. "On a montré qu'on était en mesure de rivaliser avec les champions d'Europe  et que ce sera difficile de venir s'imposer ici", se réjouissait Fabien Causeur  au micro de Sport +. Avec deux victoires en deux matches, et en attendant la fin jeudi de la 2e  journée, Barcelone occupe de son côté la tête du groupe C avec Sienne, mais n'a  pas démontré tout son potentiel à l'image de Ricky Rubio, passé au travers (1 pt  en 19 min).

L'Olympiakos surpris par Bamberg

Les Allemands de Bamberg ont accompli l'un des plus grands exploits de leur histoire en battant l'Olympiakos (73-61), finaliste malheureux de l'édition 2010. Dépassés à Rome lors de leur premier match (83-65), les joueurs de Bamberg ont su accélérer aux moments opportuns (2e et 4e quart-temps) pour s'offrir le prestigieux scalp des Grecs. Brian Roberts (23 pts, 5 rebonds) a fait le spectacle pour les Allemands, qui n'avaient plus goûté à l'Euroligue depuis 2008. Les joueurs du Pirée, qui avaient frappé un grand coup en battant le Real Madrid la semaine dernière (82-66), les recrues Spanoulis (11 pts) et Nesterovic (9 pts) ont déçu. En attendant la rencontre Madrid - Malaga de jeudi, Rome a pris la tête du groupe B après sa courte victoire à Charleroi (64-55) avec six points d'Ali Traoré.

Dans le groupe A, le Partizan Belgrade, invité surprise du dernier Final Four, est difficilement venu à bout du Khimki Moscou (72-68), rattrapant avec peine sa défaite à Kaunas. Les Polonais de Gdynia, quarts de finaliste l'an passé et revanchards après avoir perdu contre le Khimki, se sont, eux, de nouveau inclinés, cette fois contre les Espagnols de Vitoria (80-73). Dans le groupe C, Sienne, après sa large victoire contre Cholet (76-44), a rencontré une opposition bien plus coriace sur le parquet de Vilnius, finalement battu 79-75. Dans le groupe D, l'Efes Istanbul porté par Bootsy Thornton (19 pts, 10 rebonds), n'a fait durer le suspense qu'un quart-temps contre Valence pour s'imposer 79-63. Florent Pietrus s'est montré bien discret (2 pts en 11 minutes).