Cholet Vilnius Fabien Causeur Cemal Nalga sous le panier Euroligue 11 2010
Fabien Causeur | AFP PHOTO/ALAIN JOCARD

Cholet dans un mouchoir

Publié le , modifié le

Cholet a obtenu sa première victoire en Euroligue, en s'imposant devant Vilnius (73-69) jeudi lors de la 3e journée. Un succès laborieux mais mérité pour les champions de France, dominateurs aux rebonds, mais qui se sont mis en danger en perdant beaucoup trop de ballons (19). Après ce 1er round face à l'équipe lituanienne, avec laquelle ils vont livrer bataille pour une place qualificative, Cholet se rassure pour la suite.

Si Sienne, Barcelone et Fenerbahçe semblent inaccessibles dans le groupe C, les joueurs des Mauges peuvent en effet prétendre à la 4e place qualificative pour la 2e phase, à condition de laisser derrière eux Vilnius et le Cibona Zagreb. Une petite partiedu contrat est donc remplie pour Cholet qui a fait preuve de bellesressources à La Meilleraie pour venir à bout d'un Vilnius accrocheur jusqu'à la fin.

 Balayé en Toscane (76-44) et battu de peu à domicile par les Catalans (84-77), les hommes de Kunter savaient qu'ils jouaient gros pour leur avenir européen, et c'est sans doute ce qui les a perturbés au cours d'une première période qu'ils ont eu du mal à maîtriser. Cholet a dû batailler dès le premier quart-temps, cédé 18-16 en raisond'une adresse déficiente aux lancers francs (4/10) et à trois points (0/5). Les Lituaniens, également en quête d'une première victoire, accéléraient en début de deuxième quart-temps (26-16, 12e). Mais Cholet donnait alors le coup d'envoi d'un petit festival, inauguré par une incursion de Fabien Causeur (20 pts au final) dans la raquette adverse et suivi de trois points de Mamoutou Diarra. Sammy Mejia et Causeur encore, à trois points, portaient la série à 20-1 et les hommes d'Erman Kunter viraient en tête à la pause (37-33). 

Rien n'était fait. Et la seconde période allait encore donner des sueurs froides aux supporters du Maine-et-Loire dans un affrontement très serré. Les deux équipes mettaient de l'engagement, mais laissaient pas mal de munitions en route, notamment les Choletais qui, sans ce déchet dans leurs relances, auraient la possibilité de se mettre à l'abri bien plus tôt. Cholet étendait sa domination au rebond, porté par un Randal Falker impérial (11 pts, 14 rb), mais se montrait bien trop imprécis et maladroit. Vilnius, galvanisé par les shoots de Kenan Bajramovic (16 pts) et Martynas Gecevicius (19 pts) en profitait pour repasser devant (63-62, 38e). Mais un panier primé de Vule Avdalovic, de près de 9 m, à 43 secondes de la fin, donnait un avantage déterminant aux champions de France. La tension était extrême et les Lituaniens abusaient des gestes défensifs destinés à stopper les actions choletaises, tout en mettant la pression. Mais Cholet ne cédait pas dans le money time et le le long échange de lancers-francs, et parvenait à rester devant jusqu'au buzzer pour une victoire dans un mouchoir mais ô combien précieuse. Cette victoire peut lui permettre d'espérer avant le déplacement à Zagreb la semaine prochaine avec peut-être une possibilité de prendre un avantage sur un nouvel adversaire direct. Il faudra toutefois au Cholet Basket un peu plus de rigueur dans la conduite du jeu.

Barcelone battu

Barcelone, champion en titre, a concédé sa première défaite de la saison en Euroligue , jeudi à domicile face à Fenerbahçe (69-61), lors d'une troisième journée marquée par la victoire du Maccabi Tel-Aviv au Partizan Belgrade (67-54). Peu inquiété face au Cibona Zagreb (80-66) et peu convaincant contre Cholet (84-77), Barcelone a cédé devant son premier adversaire de poids. Les Turcs rejoignent Sienne en tête du groupe C, avec chacun trois victoires en autant de matches. A l'image de sa vedette Ricky Rubio, une nouvelle fois fantomatique (0 pt, 1 balle perdue en 11 min), le Barça n'a pas rassuré sur son potentiel cette année au niveau européen. Les Catalans ont couru après le score durant pratiquement tout le match, en dépit d'un bref retour en fin de troisième quart-temps. Seul Pete Mickeal a surnagé (17 pts) alors que son équipe a cruellement manqué d'adresse au loin (3/19). Les rotations des Turcs ont payé, avec 10 marqueurs, dont Roko Ukic (13 pts, 6 rb).

Le Maccabi a de son côté pris sa revanche sur le Partizan qui l'avait écarté de la course au Final Four l'an dernier en quarts de finale. Les Israéliens, portés par Jeremy Pargo (17 pts), ont pu capitaliser sur un bon départ (23-10) et une faible adresse des Serbes (14/44). Le Maccabi occupe avec Kaunas, le Khimki Moscou et Vitoria, la tête du groupe A tandis que le Partizan est légèrement décroché. Se disputant le tête du groupe D, le Panathinaïkos et Ljubljana ont entretenu le suspense devant les 13000 spectateurs slovènes. Les deux équipes ont dû passer par la prolongation pour voir Ljubljana s'imposer (85-84). Les Slovènes ont accéléré au 2e quart-temps, remporté haut la main (23-6), avant que le Pana et l'éternel Diamantidis (20 pts, 7 rb, 9 fautes provoquées) ne reviennent au 3e quart-temps, gagné 20-9. Vainqueur de ses deux premiers matches, Rome a coulé 74-56 sur son parquet face au Real Madrid (groupe B), encaissant un cinglant 12-0 au 2e quart-temps puis un 11-0 au 3e. La belle prestation du Français Ali Traoré (12 pts, 8 rb) n'a pas suffi, quand, en face, Sergio Rodriguez (9 pts, 7 rb, 7 passes) faisait le spectacle.