Endy Miyem (France) contre la Grèce en phase de groupes de la Coupe du monde féminine 2018 de basket

Championnat du monde: les Françaises visent les demi-finales

Publié le , modifié le

Les basketteuses françaises se voient offrir une belle opportunité d'intégrer le dernier carré du Championnat du monde, vendredi à Tenerife, en affrontant la Belgique en quart de finale, une équipe à sa portée à condition d'afficher plus de constance que lors des derniers matches.

Les Françaises ont connu un Mondial fait de hauts et de bas jusqu'à présent, proposant de très bonnes séquences comme le premier quart-temps contre le Canada mais aussi des trous d'air, qui ont relancé leurs adversaires. "On a une équipe jeune, qui manque d'expérience. Notre progrès, plus on avance dans la compétition, c'est de contrôler les détails: regarder ce qui se passe au chronomètre, combien de secondes de possession il reste, quelle joueuse a des fautes, sur qui on peut jouer", estime la sélectionneuse Valérie Garnier.

Si les deux équipes se sont rencontrées à 34 reprises, la dernière fois remonte à 2011 (en amical avec une victoire française 84-59), du temps des Braqueuses et avec Pierre Vincent comme sélectionneur, Garnier n'arrivant qu'à l'été 2013. "La Belgique, ce n'est pas forcément une équipe que l'on connait très très bien. On ne les a pas joué très souvent", reconnait la capitaine des Bleues, Endy Miyem, après son match réussi contre la Turquie (18 points), s'en remettant au staff technique pour préparer la rencontre.

En route vers le dernier carré

Depuis 2011, de l'eau a coulé: les Françaises sont devenues vice-championnes olympiques à Londres en 2012 et sont montées sur les trois podiums européens suivants, à chaque fois en argent. Une "boîte" que les Belges ont touché pour la première fois l'an passé, une troisième place et une dynamique sur laquelle elle semble surfer aux Canaries.
Autant dire qu'elles sont presque arrivées au niveau d'une équipe de France rajeunie  et expérimentale qui peut toute de même compter sur ses cadres. Tout comme les Belges vont pouvoir s'appuyer sur leur joueuse emblématique Ann Wauters, qui peut réveiller ses  couleurs. Pourtant, le parcours de la Belgique n'a toutefois pas été linéaire, avec notamment un revers de deux points contre le Japon (77-75) dans leur deuxième match de groupe. Mais ensuite elles se sont  offert le scalp de l'Espagne sur le dernier match (72-63), ce qui a permis aux hôtes ibériques, championne d'Europe en titre, d'éviter la première place et la moitié de tableau des Américaines.

Tous ces calculs sont maintenant inutiles. La France doit confirmer qu'elle reste parmi les nations les plus performantes, même si elle est en reconstruction, et cela passe par un succès face à la Belgique pour entrer dans le top 4, et au moins s'ouvrir la voie d'une médaille de bronze.

France tv sport @francetvsport