Rudy Gobert
Rudy Gobert, félicité par ses coéquipiers sur le podium, a réalisé un Euro plein | EMMANUEL DUNAND / AFP

Rudy Gobert : "Quelque chose qu’on n’oubliera jamais"

Publié le , modifié le

Encore bluffant face à la Serbie (15 points, 14 rebonds, 3 contres), Rudy Gobert a réalisé un tournoi remarquable sur le plan individuel. Le pivot français gardera un souvenir "mitigé" de cette médaille de bronze, mais il estime que "les meilleures équipes ne sont pas celles qui ne tombent jamais, ce sont celles qui savent se relever".

- Quel est votre sentiment après avoir remporté cette petite finale ?
Rudy Gobert : "Mitigé, forcément. J’ai toujours le match de l’Espagne en travers de la gorge. Mais on est vraiment contents d’avoir pu donner cette médaille à nos fans. Jouer devant ce merveilleux public, ça reste quelque chose qu’on n’oubliera jamais."

- Comment avez-vous rebondi après la demi-finale perdue face à l'Espagne ?
"Les meilleures équipes ne sont pas celles qui ne tombent jamais, ce sont celles qui savent se relever. Je ne dis pas que c’est bien qu’on ait perdu (contre l’Espagne), mais il faut rester positif. Il faut transformer cette rage en énergie positive. On a su le faire. Rien n’arrive par hasard : parfois il faut avoir besoin de redescendre pour remonter encore plus haut. Maintenant, on est déjà tous à bloc pour l’année prochaine."

- Avez-vous senti vos équipiers prêts à se mobiliser pour les Jeux?
"On est déjà mobilisés. Une longue saison nous attend tous. Il faut qu’on reste en bonne santé, et on se qualifiera aux Jeux. Puis on prendra une médaille. On a tellement de volonté, je ne vois pas qui pourra nous arrêter l’année prochaine."

- Les problèmes de contrat avec votre franchise NBA ne risquent-ils pas de vous empêcher de venir en équipe de France l’été prochain ?
"Moi, je serai là. Faire les Jeux olympiques, ça a toujours été mon rêve. Il y a les questions d’assurances, de contrat, mais je m’arrangerai, je ferai de mon mieux. Même si je ne fais pas toute la prépa, je serai là."

- Avez-vous passé un cap à titre personnel pendant cet Euro? 
"Bien sûr. Les grosses défaites aident à progresser. La demi-finale contre l’Espagne, elle m'a fait gagner énormément d’expérience. Je me suis refais le match dans ta tête, j'ai tenté de chercher quel domaine j'aurai pu faire mieux… C’est important pour une carrière. Aucun grand joueur n’a tout gagné. Même les légendes ont perdu de gros matches. C’est comme ça qu’on apprend."

Vidéo: les meilleurs moments de France - Serbie

Championnat d'Europe de Basket