Nanterre Partizan
Le joueur de Nanterre Trenton Meacham | EPA/MAXPPP

Nanterre en terrain miné à Fenerbahçe

Publié le , modifié le

Après le CSKA Moscou et le FC Barcelone, Nanterre va se mesurer à Fenerbahçe, autre montagne du basket européen, jeudi lors de la 5e journée de l'Euroligue. Malgré tout, le club nanterrien qui est arrivé dans la compétition comme Petit Poucet entend jouer sa chance à fond pour accrocher le Top 16. Ces deux derniers succès l'ont rassuré sur sa capacité d'être au niveau. Désormais elle entend évoluer sans complexe, avec ses moyens, sans regarder l'étiquette de son adversaire.

Malgré tout, la JSF s'attaque à un gros morceau. Leader invaincu du groupe A, le club turc, qui évoluera à domicile, reste  sur une victoire à Belgrade face au Partizan lors d'un match où Bojan  Bogdanovic a fait des étincelles (26 points, dont un 6 sur 9 à trois points). Meilleur marqueur de l'Euroligue à égalité avec le Strasbourgeois Alexis Ajinça (20,25 points de moyenne), l'ailier croate sera l'une des pièces  maîtresses de l'équipe stambouliote qui compte aussi dans ses rangs l'intérieur lituanien Linas Kleiza, médaillé d'argent avec son pays lors du dernier Euro. Dirigé cette saison par Zeljko Obradovic, l'entraîneur le plus titré du  basket européen (8 Euroligues), Fenerbahçe part plus que jamais favori pour  s'imposer et signer ainsi un cinquième succès d'affilée.  

Un outsider confiant

Un objectif qu'espèrent bien contrecarrer les hommes de Pascal Donnadieu. L'équipe que personne n'attendait dans cette poule très relevée, a montré qu'elle était capable de tout et s'est même donnée le droit de rêver au top 16 au regard de ses prestations. Après un quasi-exploit contre le CSKA Moscou (défaite 59-62) puis une  claque à Belgrade (43-73), les champions de France en titre ont réalisé un coup d'éclat à Barcelone (71-67) avant de confirmer leur potentiel à domicile contre le Budivelnik Kiev (80-61). Lors de ces deux succès, l'équipe a misé sur une défense dure et  beaucoup d'agressivité, avec un enthousiasme à toute épreuve. Enthousiasme certes douché par le 1er revers sur le fil en ProA face au Mans. Mais les Nanterriens savent bien qu'ils ne pourront pas toujours jouer en surrégime, et qu'ils connaîtrons des accidents. Ce n'est pas une raison pour eux  dans un collectif toujours positif, pour ne pas aborder cet affrontement avec un mastodonte de la scène continentale armés des meilleurs intentions. Reste à savoir si cela pourra suffire. 

Christian Grégoire

Championnat d'Europe de Basket