Moerman Limoges Malaga
Adrien Moerman encerclé lors du match contre Malaga. | PASCAL LACHENAUD / AFP

Limoges boit le calice jusqu'à la lie

Publié le , modifié le

Limoges s'est incliné (71-65) à Beaublanc face à l'Alba Berlin vendredi lors de la 9e journée d'Euroligue. Les champions de France qui avaient une infime chance de qualification à la condition de passer la surmultipliée face à une équipe allemande qui restait son principal adversaire pour obtenir le ticket gagnant, n'ont pas su trouver les armes pour au moins sauver l'honneur. Avant même le dernier match à Moscou, l'aventure en Euroligue est donc terminée pour un CSP qui, en dépit de quelques résultats encourageants, a beaucoup et souvent subi, mesurant la différence qui le sépare du haut niveau européen.

Pour Limoges, basculé en EuroCoupe, il restera sans doute les regrets de ne pas avoir su forcer la décision à quelques moments-clés du parcours, surtout à Beaublanc, mais le CSP est à son vrai niveau. Dans ce match de la dernière chance, Berlin était au-dessus même si quelques fissures apparues en début de deuxième période ont un temps fait croire que le rêve européen allait durer une semaine de plus.

Panne d'adresse

Pour cela, il aurait fallu que les hommes de Dupraz sortent une toute autre prestation offensive, notamment en première période où leur manque d'adresse a été fatal face au solide bloc allemand, sûr de son basket et paré pour poursuivre sa route continentale. Dominé tous les compartiments du jeu, avec un fâcheux 9-24 aux rebonds à la pause, le champion de France a constamment couru derrière l'Alba (31-18, 17e). Sans point pendant cinq minutes, les coéquipiers de Moerman forçaient un peu trop et s'énervaient même à l'image de Westermann, alors que les esprits s'échauffaient. 

Un sursaut trop timide

Était-ce le détonateur qu'attendait Beaublanc ? On l'aurait cru au retour des vestiaires à voir ses protégés revenir avec des intentions beaucoup plus louables. Hermétiques en défense, ils ont retrouvé l'espace de trois minutes l'adresse qui leur avaient tant fait défaut jusque-là pour rattraper leur retard grâce à Smith et Curry et même passer devant (40-37, 25) pour la  première fois du match. Mais ce sursaut fut beaucoup trop timide face à une équipe de l'Alba qui n'est pas la première venue et peut s'appuyer sur des leaders offensifs. Sa base arrière Stojanovski-Renfroe redonnait de l'air à ses couleurs (52-47, 30) et la maîtrise collective des joueurs d'Outre-Rhin faisait le reste dans un dernier quart temps équilibré, sans dernière étincelle, et sans plus une once de révolte du CSP..

Christian Grégoire

Championnat d'Europe de Basket