Aréna Pierre-Mauroy
L'intérieur de l'Aréna Pierre-Mauroy en configuration basket | GAETAN SCHERRER

Lille a enclenché le mode EuroBasket

Publié le , modifié le

Eclaté aux quatre coins de l’Europe (Montpellier, Berlin, Zagreb et Riga) durant le premier tour, l’EuroBasket 2015 pose ses valises à Lille pour les phases finales. Autour du stade Pierre-Mauroy - où l’on annonce un record historique d’affluence - et dans le centre-ville, la tension monte à l’approche de la dernière semaine de l’événement sportif français de l’année.

Elles sont partout. Sur les abribus, accrochés aux poteaux, dans le métro, sur les bus. Elles, ce sont les affiches annonçant les phases finales de l’EuroBasket 2015, à Lille, du 12 au 20 septembre. "Ils seront tous là", annonce l’une des pancartes accrochées dans toute la métropole lilloise. Tous, non : Joakim Noah, Alexis Ajinça, Antoine Diot, pour des raisons diverses, ne seront pas de la partie. Michael Jordan, un temps annoncé par la FIBA pour la finale du tournoi, a lui aussi décliné l’invitation. Mais les principaux cadres tricolores ont répondu à l’appel. Ils ont solidement tenu leur rang de favori au premier tour à Montpellier.

Arrivés à Lille hier, tard dans la soirée, les hommes de Vincent Collet sont déjà tournés vers leur huitième de finale face à la Turquie, samedi (21h00). Pas le temps de faire du tourisme et de visiter les rues piétonnes qui mènent à la place de la République où trône depuis samedi matin un écran géant rediffusant en boucle les images des basketteurs tricolores lors de leurs dernières compétitions internationales. Derrière la place, où les Lillois pourront se rassembler pour supporter les Bleus, la FFBB (Fédération française de basket) a installé un "Village Basket" composé de quatre demi-terrains rouge et bleu ouverts au public, et d’une exposition sur l’histoire du Championnat d’Europe de basket, inaugurée vendredi.

.
.

A une petite dizaine de kilomètres du centre-ville, le stade Pierre-Mauroy se fait une dernière beauté en attendant le jour J. A l’extérieur, des premiers impatients. "Il y a ceux qui attendaient la braderie de Lille (le weekend dernier), et ceux comme moi qui attendaient l’EuroBasket, sourit Maxime, étudiant à l’école centrale qui jouxte le site. J’ai mes places depuis l’ouverture de la billetterie. C’est le cas d’une vingtaine de personnes, au moins, de mon entourage". A l’intérieur, les ouvriers étaient encore à l’ouvrage sur le parquet, vendredi, pour faire les derniers réglages.

.
.

En configuration basket, le stade est à couper le souffle. D’un côté, la pelouse surélevée est plongée dans l’obscurité. De l’autre, derrière un immense rideau noir, 27.000 places baignées dans une lumière bleutée entourent un parquet flambant neuf. Quelques places sont encore à prendre, mais "ça va être le rush", annonce Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB. "Le huitième de finale va être à guichets fermés. Deux tiers des messages que je reçois, c’est des demandes de place". L’Aréna de Villeneuve d’Ascq devrait donc battre le record d’affluence pour un match de basket sur le sol européen, actuellement détenu par la Kombank Arena de Belgrade (24200 personnes en mars 2014). Le record français, qui remonte à octobre 1994 et un match NBA de présaison à Bercy (15300 spectateurs), sera explosé. Vingt-quatre heures avant le premier 8e de finale, il faisait encore un peu frisquet dans l’arène. Samedi, la température va monter en flèche.

.
.

Championnat d'Europe de Basket