Ana Cata-Chitiga sous le panier grec
Ana Cata-Chitiga malmenée par la défense grecque | AFP - ATTILA KISBENEDEK

Les Françaises ont failli être braquées par les Grecques

Publié le , modifié le

Pour l'entame du 2e tour de l'Euro, l'équipe de France féminine s'est fait une frayeur contre la Grèce. Les coéquipières de Céline Dumerc, qui avaient le match en main mais ont ensuite pêché par manque d'adresse et d'engagement en défense, ont fini par s'imposer, dans la douleur, (51-42). Les filles de Valérie Garnier demeurent invaincues dans cette compétition, contrairement au Bélarus, battu par les Tchèques (73-70).

Cela a failli être un match piège. La Grèce est passée tout près d'être les premières à faire tomber les Françaises dans cet Euro. Pourtant, tout semblait bien parti pour les Bleues: 9-0 après quatre minutes, 15-6 après le premier quart-temps, 25-12 après 18 minutes de jeu, et 25-16 à la mi-temps. Mais le troisième quart-temps a été beaucoup moins probant. Peu efficace dans le secteur intérieur dans cette rencontre, c'est pourtant là que Sandrine Gruda a inscrit les deux premiers points de son équipe dans ce troisième acte. Cela faisait 3'30 que la France n'avait plus marqué un point. Le match était néanmoins encore sous contrôle (27-19).

Mais ensuite, deux paniers à 3 points grecs ont fait vaciller la maison France (30-24) à quatre minutes de la fin du troisième quart-temps. Et même (30-27), juste avant que Sarah Michel ne plante un panier longue-distance bienvenu (33-27) à trois minutes du buzzer. Mais la Grèce recollait (33-30) à une minute du terme de la période, juste avant qu'une interception et une contre-attaque ramène les Hellènes à une longueur (33-32). C'est alors que la capitaine prenait les choses en main, avec un panier à 3pts de Céline Dumerc (36-32).

Miyem, la grande absente

Malheureusement, cet avertissement n'était pas suffisant. Avec un panier de loin de Kallsidou, la Grèce prenait les commandes du match pour la première fois (39-38), à 7'55 du terme de la rencontre. Mais Gaëlle Skrela entrait encore en action (41-39), suivie par Dumerc (43-39). Ce léger mieux, c'était tout ce que les Françaises pouvaient se mettre sous la dent jusqu'à la fin de la rencontre. Lymoura trouvait encore le cercle de loin (46-42) à 1'23 de la fin, maintenant la pression. Finalement, le jeu des lancers-francs entérinait la victoire tricolore (51-42). Une de plus, certainement pas la plus belle, mais ô combien importante.

Sandrine Gruda (12pts, 6rbds), Céline Dumerc (10pts, 5rbds, 5 passes), Gaëlle Skrela (9pts, 6rbds, 1 passe) et Paoline Salagnac (12pts, 2rbds) ont encore montré le chemin à un collectif qui était privé, aujourd'hui, d'Endéné Miyem, touchée à un mollet. Deuxième meilleure marqueuse des Bleus depuis le début de la compétition (11.8 points de moyenne), elle a dû déclarer forfait. La durée de son indisponibilité n'est pas connue. "Un nouveau bilan sera effectué avant le prochain match", a indiqué l'encadrement des Bleues avant la rencontre.

Reste qu'il faudra faire beaucoup mieux pour le match vendredi contre la Turquie, qui ne compte qu'un point de retard sur le leader français.

Réactio​ns

Valérie Garnier (entraîneur  de l'équipe de France): "C'était un match difficile. On a eu beaucoup de mal à  marquer, mais on a fait du bon boulot en défense. C'est une équipe difficile à  jouer, parce qu'elles se battent, qu'elles font zone et qu'on a du mal à  marquer contre une zone. Mais on a l'essentiel, c'est à dire la victoire. J'ai  une équipe courageuse, car on a continué à défendre alors qu'on ne trouvait pas  de solutions en attaque. Elles ont essayé de nous pousser à commettre des  erreurs avec leur zone press. C'était important de gagner ce match. On a vu que  toutes les équipes qui avaient dominé au premier tour étaient en difficulté  aujourd'hui. C'est une nouvelle série de trois matches. Il faut se remettre  dans le rythme. C'était important de commencer en gagnant, car deux matches  difficiles nous attendent. La Grèce nous a bien préparées à ce qui va arriver".
   
Sandrine Gruda (intérieure de l'équipe de France): "On s'attendait à ce  type de match. Elles ont la réputation de jouer très physique. Elles ont  effectivement joué très dur, ont essayé de nous faire déjouer et y sont  parvenues. Il faut qu'on apprenne de ce match, parce qu'on pourrait avoir  encore à rencontrer ce type de défense à l'avenir".

Paoline Salagnac (arrière de  l'équipe de France): "C'est peut-être un peu la zone qui nous a endormies d'une  certaine manière et leur façon de jouer aussi qui nous a perturbées. Elles  aiment provoquer et ça nous a gênées parce que nos intérieures ont vite pris  des fautes. Après, la confiance n'est pas la même. Pour rentrer des ballons, ça  devient plus compliqué parce qu'elles avaient décidé vraiment de nous fermer  l'intérieur et de nous laisser des shoots ouverts. Et c'est vrai que quand ça  ne rentre pas, on doute. Mais la victoire est là, c'est l'essentiel. La  Turquie, ça sera un peu comme la Grèce. Il faudra se méfier. On a une revanche  à prendre par rapport à l'année dernière. On va bien le préparer et on va tout  faire pour le gagner."
   
Isabelle Yacoubou (intérieure de l'équipe de France): "La zone nous met un  peu en difficulté, parce qu'on perd le rythme de nos courses et de la relance.  On se fait aussi prendre des rebonds. On se fait un peu berner, comme des  bleues. La victoire compte, mais c'est vrai que dans la deuxième mi-temps on a  manqué de rythme. On subit un peu, contre une équipe qui a tout donné et a  essayé de nous faire douter."

Résultats du g​roupe E

Grèce - France 42 - 51
République tchèque - Belarus 73 - 70
Turquie - Monténégro 61 - 41

Classement

1. France 6pts
2. Bélarus 5
 . Turquie 5
4. Monténégro 4
  . République tchèque 4
6. Grèce 3

Championnat d'Europe de Basket