Nicolas Batum
Nicolas Batum (à droite) face à Kyle Johnson | AFP - Jure Makovec

Les Bleus domptent la Grande-Bretagne

Publié le , modifié le

Après sa défaite la veille (80-74), lors de son premier match de l'Euro 2013, la France s'est bien reprise, jeudi soir, en dominant la Grande-Bretagne 88-65. Rassurée par cette victoire, la bande à Tony Parker est également complètement relancée dans cet Euro puisque l'Allemagne a chuté devant la Belgique (73-77 a.p.).

Batum et Parker au charbon

Les Bleus avaient donc une folle envie de se racheter lors de ce deuxième match. Ceci à l'image de Nicolas Batum (17 pts). L'ailier de Portland, très actif, a montré l'exemple à ses coéquipiers, beaucoup plus agressifs que face aux Allemands. Après quatre minutes, un tir primé de l'impeccable Mickaël Gelabale donnait à penser que la Grande-Bretagne se dirigeait vers une dure soirée (3-11). Mais les Britanniques n'ont pas si facilement que cela baissé les bras. L'ailier Daniel Clark a notamment "tenu la barraque". Ses quatre tirs primés, pour 16 points à la pause, ont relancé son équipe, alors que Vincent Collet avait pris le risque de placer intégralement son cinq de départ sur le banc.

Il a fallu le retour de Batum et Parker (16 pts) pour que la France reprenne ses aises, la Grande-Bretagne étant un instant revenue à -4 (31-35, 16e). Le duo était alors bien décidé à tuer le match sans attendre et faisait passer le  message à coups de pénétrations rageuses. L'avis était bien reçu par Nando de Colo (11 pts) qui, de deux tirs primés, donnait une avance très confortable aux siens (71-48, 30e). Les Bleus pouvaient ensuite gérer sereinement le dernier quart-temps, tout en donnant un peu de repos aux cadres.

Parker: "Que tout le monde se sente impliqué"

"C'était un match important, il fallait qu'on gagne. Si on  perdait celui-là, on était presque "out", analyse Tony Parker. "Maintenant on sait ce qu'on doit  faire. Il faut que tout le monde se sente impliqué, participe. Parce que si on  veut aller loin dans ce tournoi, il faudra que tout le monde soit performant", ajoute le capitaine.

Un soulagement partagé également du côté du "grand" Alexis Ajinça (11 pts). "Ca fait du bien au moral. Mercredi, il y avait pas mal de joueurs qui étaient stressés. Moi-même, ça s'est énormément vu", avoue l'intérieur tricolore. "Sur ce match-là c'était le jour et la nuit. On a  montré un autre visage au niveau défensif. Maintenant ce n'est que le deuxième match, que l'Angleterre et on a d'autres objectifs", conclut -il.

Gilles Gaillard

Championnat d'Europe de Basket