Boris Diaw (France)
Boris Diaw (France) dos au panier | JURE MAKOVEC / AFP

Les Bleus doivent finir le travail

Publié le , modifié le

Le couac d'ouverture effacé depuis l'élimination des Allemands, la France termine le premier tour de l'Euro en excellente position. Elle le serait davantage si les Bleus battaient la Belgique ce soir à Ljubljana. Histoire de terminer en beauté et de préparer au mieux le 2e tour où il y aura encore moins de droit à l'erreur. Si Tony Parker garde son niveau exceptionnel, la France est sur de bon rails.

"J'aide mon équipe. J'essaie de mener l'équipe. J'essaie d'aider les  jeunes." Tony Parker est au four et au moulin dans cette équipe de France lunatique. Grâce au meneur des Spurs, 28 pts hier contre l'Ukraine, les Bleus ont évité le pire. Le mieux serait donc de s'en souvenir et de hausser son niveau pour éviter la surchauffe à Parker. En patron, "TP" ne dit rien sur l'irrégularité de ses partenaires mais demande un investissement supérieur. "Quand il y a des matches  à pression, il faut qu'on soit discipliné, qu'on soit plus sérieux. Tous les  détails sont très importants. Quand tu joues une grosse équipe comme ça (l'Ukraine, ndlr), tu  n'as pas le droit à l'erreur. Le niveau ne va faire que monter." Et ça commence dès ce soir avec une bonne formation belge qui peut poser des problèmes et "qui joue très bien au basket".

Gare à la Belgique !

Grâce à l'élimination de l'Allemagne, la France a son destin en main pour finir en tête de son groupe. Une chance que personne ne veut rater. "Il faut concrétiser contre la Belgique, assure Mickaël Gelabale. Si on arrive à jouer comme on a  joué en seconde période, franchement on ira loin. Et je trouve qu'on progresse  de match en match. Les Belges ont montré pas mal de bonnes choses. Il va falloir qu'on arrive à  les arrêter. Ils jouent vite, ils ont de bons tireurs, ils sont dominants à  l'intérieur. Donc, c'est une équipe assez complète." Victoire impérative pour disposer de deux succès en poche lors du 2e tour et pour remettre en selle ceux qui doutent comme Nicolas Batum. C'est le moment de se réveiller. Dans une semaine, il sera trop tard.

Championnat d'Europe de Basket