France - Serbie
Boris Diaw face au Serbe Krstic sous le regard d'Alexis Ajinça | AFP - JURE MAKOVEC

La France s'incline contre la Serbie

Publié le , modifié le

Bousculée physiquement par une Serbie par ailleurs très adroite à longue distance et forte à l'intérieur, l'équipe de France a fini le 2e tour de l'Euro-2013 avec une défaite (77-65). Les leaders français (Parker, Gelabale, Diaw) ont été absents en première période, mais c'est surtout l'adresse générale qui a pêché. Du coup, la Serbie finit à la 1re place de ce groupe, la Lituanie, victorieuse de l'Ukraine, à la 2e et la France à la 3e. Les hommes de Vincent Collet joueront leur quart de finale mercredi.

Alexis Ajinça est un habitué des bons débuts de match. Il est surtout devenu un membre important de l'équipe de France dans cet Euro-2013. Par conséquent, il n'était presque pas surprenant de le voir arriver à la pause avec le statut de meilleur marqueur de l'équipe, avec 10 points, 3 rebonds et 2 contres. Mais avec un Parker à seulement 2 points, comme Gelabale et De Colo, avec Batum à 7 (avec 2rbds et 2 passes), Diaw à 5pts, l'équipe de France avait souffert. Notamment dans le jeu intérieur, où Nenad Krstic a livré une énorme prestation, arrivant à la pause avec 15 points et 5 rebonds. Et en plus, l'intérieur serbe avait conduit  Lauvergne et Piétrus à commettre déjà trois fautes individuelles. "A l'intérieur, c'était difficile de  défendre sur eux", admettait Alexis Ajinça. "Et quand on a commencé à jouer un peu plus dur, les arbitres  ont sifflé beaucoup de fautes." Avec Parker et Gelebale presque inexistants dans ces vingt premières minutes, la France était orpheline de ses deux gros scoreurs.

En manque de mouvements, en manque de réussite (1 seul panier à 3pts de Diot) et bousculés par des adversaires très physiques, les Français ont longtemps tenu le coup, étant même devant jusqu'aux deux dernières minutes de ce deuxième quart-temps. Là, deux paniers de Gagic, un de Krstic lequel trouvait en plus le panier au buzzer, sans oublier une perte de balle de Gelabale suivie d'une faute antisportive, voilà comment la formation de Vincent Collet s'est trouvée à la pause avec un déficit assez net (38-31).

Le réveil de Parker en 2e période

Et dans une salle acquise à la cause serbe, la deuxième période démarrait mal pour la France, qui prenait d'entrée un panier à 3pts, avant de se trouver à (-11) après quatre minutes dans ce quart-temps (48-37), et même (-12) après cinq minutes (50-38). Toujours gênée par l'impact physique rarement sanctionné par les arbitres, l'équipe tricolore peinait à revenir, à coups de lancer-francs (50-43 après 7 minutes). Et Tony Parker, plus en jambes et plus en vue (8pts et 3rbds en 10 minutes), volait un ballon pour resserrer l'écart (50-45). Mais Nedovic shootait à 3pts (53-45). Les cadres français donnaient de la voix avec Diaw (panier et rebond offensif), permettant ensuite à Parker de pénétrer (53-49). Mais Nedovic trouvait encore la cible à longue distance (56-49). Une perte de balle de TP dans les 30 dernières secondes, et une énorme réussite de Bjelica en déséquilibre sur un tir au buzzer, et la France terminait ce quart-temps à -9 (60-51).

En début de 4e quart-temps, Nicolas Batum trouvait enfin la cible à 3pts (63-54), mais Bogdanovic lui répondait (66-54). Mais les Français n'arrivaient pas à circonscrire l'incendie, à l'image de cette perte de balle de Gelabale conclu par un dunk rageur de Nedovic (70-56 à 7 minutes de la fin du match). Et sans marqueur de longue distance faible en cette soirée, le retournement de situation devenait de plus en plus difficile. Deux interceptions de De Colo redonnaient un peu d'allant (70-60 à 5'40). Mais quelques fautes sifflées contre les Serbes, et une combativité accrue des Bleus, et la France reprenait espoir, avec un panier d'Ajinça, son premier de la deuxième période (72-65 à 3 minutes). Mais Nedovic douchait une nouvelle fois cette flamme à 3pts (75-65 à 2'25). C'était la dernière.

Batum: "Les choses sérieuses commencent"

"On débute bien", analysait Nicolas Batum. "Krstic nous fait mal à l'intérieur. On ne contrôle  pas le rebond. On ne fait pas une bonne fin de première mi-temps, alors qu'on était bien dans le rythme. On n'a pas contrôlé à l'intérieur, ils ont été plus  agressifs que nous et on n'a pas assez bougé la balle en attaque. C'était pas à  nous de calculer. C'est l'autre groupe qui va calculer. Nous, on n'a pas pensé  à ça. Il faut oublier ce match. Les choses sérieuses commencent. Il va falloir  se réveiller, se regrouper. Mais le match à gagner, ce n'était pas aujourd'hui.  Ca va être le prochain." En s'imposant (77-65), la Serbie finit à la 1re place de ce groupe, et la France au 3e rang.. Krstric est meilleur marqueur avec 19pts, 4rbds et 4 passes devant Nedovic 17pts, Côté français, tir groupé de Batum, Ajinça, de Colo et Diaw, qui finissent tous à 12 points, Tony Parker terminant à 10 points (et 5 passes). Dans trois jours, en quart de finale, la France devra montrer un tout autre visage, notamment dans l'intensité et dans l'adresse, sans quoi la route pourrait s'arrêter là. 

Championnat d'Europe de Basket