Vincent Collet
Vincent Collet, ici au milieu du groupe des quinze joueurs retenus pour préparer l'Euro, à l'INSEP | BERTRAND GUAY / AFP

EuroBasket : Vincent Collet prêt à sortir la clé de douze

Publié le , modifié le

A un mois du premier match de l’Eurobasket, l’équipe de France entame ce vendredi, face à la Serbie (19h30), une série de cinq matches de préparation en dix jours. Le sélectionneur tricolore Vincent Collet devrait définitivement réduire son groupe de 15 à 12 joueurs dès ce dimanche après l’affrontement face à la Russie, à Villeurbanne. Qui reste, qui part ?

Vincent Collet ne compte pas traîner avant de choisir la composition définitive de l’effectif tricolore. Pas de temps à perdre : "on n’en a pas beaucoup", concède le coach strasbourgeois. L’EuroBasket débute dans moins d’un mois, et d’ici là, les Bleus enchaîneront dix matches aux quatre coins de la France (Nantes, Strasbourg, Villeurbanne, Rouen) et de l’Europe (Serbie, Allemagne). Conséquence directe de cette tournée exceptionnelle mise en place avant la compétition organisée à domicile : une baisse significative du nombre de séances d’entraînement par rapport aux années précédentes, et un sentiment d’urgence, un besoin impérieux de rentabiliser au mieux cet emploi du temps surchargé. "On doit se servir de chaque moment pour progresser", confirme le sélectionneur, qui resserrera donc au plus vite son groupe pour travailler spécifiquement sur la cohésion des douze et le rôle de chacun. Ce vendredi soir au terme du match contre la Serbie, finaliste de la dernière Coupe du monde ? Peut-être. "Plus certainement à Villeurbanne", dimanche, après avoir joué la Russie.

Probablement sans Jaiteh et Tillie

Des seize joueurs retenus le 25 juin dernier, un seul est déjà certain de ne pas être de l’aventure à Montpellier le 5 septembre prochain : Fabien Causeur, victime d’une infection à l’œil gauche. Le meneur de Vitoria était de ceux qui partaient avec une sérieuse longueur de retard dans la hiérarchie de Collet, avec Mouhammadou Jaiteh et Kim Tillie. Le premier, seul joueur sans cape du groupe, n’a joué que 24 secondes face à la Finlande lors du premier match de préparation. Le second, choisi pour palier l’absence d’Adrien Moerman, blessé, n’est lui apparu que quatre minutes pour zéro point marqué. Les deux hommes devraient de toute façon faire les frais d’un secteur intérieur dense comme jamais en équipe de France (Boris Diaw, Florent Piétrus, Joffrey Lauvergne, Rudy Gobert, Alexis Ajinça). C’est donc sur les postes extérieurs que le dernier choix va s’opérer.

Kahudi, Fournier, voire Gelabale ou Heurtel écarté?

Il y a évidemment les incontournables : Tony Parker, Nando De Colo, Nicolas Batum, qui ne bougeront pas. Antoine Diot semble désormais solidement installé dans le groupe. Logiquement, la douzième place devrait se jouer entre Charles Kahudi et Evan Fournier. Le premier, "soldat qui peut défendre le plomb", est un favori de Collet qui sait parfaitement l’utiliser en sortie de banc. "En plus, note le sélectionneur, il a fait une saison où il s’est plus montré offensivement". Mais Fournier, auteur d’un début de saison "remarquable" en NBA, "incarne l’avenir" et après sa bonne fin de Coupe du monde l’an passé, on l’imagine mal plier bagages ce weekend. Lui aussi : "Je suis très confiant", nous avait-il déclaré avant même d’intégrer le groupe élargi. Faut-il donc s’attendre à une surprise de taille ? Et si Thomas Heurtel et Mickael Gelabale n’étaient pas intouchables ? Le meneur, propulsé titulaire lors de la dernière Coupe du monde, avait surpassé toutes les attentes… mais derrière Parker, De Colo et Diot peuvent également assurer la mène par intermittence. Gelabale, lui, est impeccable dans son rôle de joker offensif en sélection, mais il sort d’une saison compliquée en Pro A et le groupe ne manquera pas de shooteurs longue distance (Batum, De Colo, Diot).

Collet y verra un peu plus clair ce vendredi soir, à la sortie du choc face à la Serbie qui avait sorti les Bleus en demi-finale du dernier Mondial. Avec les retours de Batum, Diaw et De Colo, le sélectionneur espère y voir "moins de confort et de satisfaction" que face à la Finlande la semaine dernière. Les quelques joueurs en balance seraient bien inspirés de ne pas y montrer le moindre signe de suffisance ou même de tiédeur. Collet veut des "soldats" prêts pour la "bataille".

Championnat d'Europe de Basket