Nando De Colo
Sans faire de bruit, Nando De Colo s'est installé parmi les leaders des Bleus | Pascal Allee / Hot sports / DPPI

EuroBasket : La nouvelle dimension de Nando De Colo

Publié le , modifié le

Bluffant depuis le début de l’EuroBasket, Nando De Colo a pris un poids considérable dans le cinq de l'équipe de France. Assurance tous risques au shoot, clairvoyant et agressif, le Nordiste souvent sous-estimé crève l’écran. Sans faire de bruit, il est devenu incontournable.

La scène, riche en symboles, s’est déroulée au milieu du deuxième quart-temps des Bleus contre la Turquie, samedi en 8e de finale de l'Euro. Tony Parker remplace Nando De Colo, mais 90 secondes plus tard, mécontent de l’attaque française avec "TP" à la mène et pour éviter qu’il ne prenne une troisième faute, Vincent Collet décide de sortir à nouveau le meneur des Spurs. Ce dernier, rarement traité de la sorte en équipe de France, se rassoit la tête basse. Pourtant, une fois le Nordiste de retour sur le terrain, le jeu tricolore gagne en justesse et en variété, en transition comme sur attaque placée. A la baguette, De Colo est impressionnant de sérénité. Avant la mi-temps, les Bleus creusent un premier écart. Un petit groupe de supporters se met à entonner "Nan-do ! Nan-do !", bientôt suivi par 26135 supporters lillois dans un vacarme assourdissant. Il terminera le match avec 15 points, 7 rebonds et 7 passes. 

"J’apporte ce que je peux apporter, lâchait l’intéressé, toujours aussi placide, à la fin de la rencontre. Je sais que l’équipe a besoin de mon agressivité. Je soutiens le collectif avant tout". Dans les faits, pourtant, l’ancien Choletais (2006-2009) n’est plus le remplaçant de luxe qui soulage l’attaque française avec ses qualités de shooteurs. Il est le chef d’orchestre, le patron des Bleus. Depuis le début du tournoi, il est leur meilleur marqueur (12,2 points), leur troisième passeur (3,5) et leur troisième rebondeur (5,5). Il est aussi le meilleur intercepteur français, et celui qui a provoqué le plus de fautes. "Il est en pleine confiance, on en aura besoin pour aller au bout", adoube Tony Parker, de plus en plus soulagé à la mène par son ancien coéquipier à San Antonio.

"Il était très solitaire"

Quelle évolution pour le Nordiste, entré en équipe de France sur la pointe des pieds avec son regard triste et sa réserve troublante. De Colo n’est pas une bête de charisme, il est timide et discret, n’aime pas flamber et encore moins forcer sa nature. Il a pourtant su poser, spontanément, patiemment, sa patte sur cette sélection expérimentée, rangée derrière sa superstar texane. "Il prend plus de place dans le groupe, reconnaît Vincent Collet. Par rapport au Nando que j’ai connu à mon arrivée en 2009, c’est le jour et la nuit concernant son ouverture aux autres. A l’époque, il était très solitaire".

Le leadership naturel dégagé par De Colo n’est pas le fruit du hasard. Il y a sept ans, il sortait tout juste de son club formateur. D’une timidité froide à l'époque, il s’est depuis forgé un caractère au sein de quelques-uns des plus grands clubs. Il a brillé au sein de la meilleure ligue du Vieux Continent, la Liga ACB, a découvert le milieu impitoyable du basket NBA et de la D-League, et excelle depuis la saison passée au CSKA Moscou, l’un des ogres du basket européen avec lequel il a intégré le deuxième meilleur cinq-type de la saison en Euroligue. "C’était l’une des mes plus belles saisons, statistiquement et collectivement parlant, reconnaît-il. J’ai retrouvé du temps de jeu et des responsabilités qui m’ont permis de m’exprimer". Au sein du groupe moscovite pourtant blindé sur sa base arrière, sa polyvalence de combo guard, capable d’évoluer aux postes un et deux, n’a pas tardé à se faire une jolie place. "Le coach m’a simplement utilisé en fonction de mon caractère et de mes qualités", assure-t-il.

Un volume de jeu impressionnant

Vincent Collet applique la même méthode en équipe de France. Il l’encourage à attaquer le cercle, car De Colo encaisse les chocs avec une étonnante solidité. Il met sur pied des systèmes destinés à lui offrir quelques shoots ouverts. Il lui confie les clés de la mène pour faire souffler les cannes de Parker. "Il a pris une autre dimension dans tous les secteurs du jeu", souligne son capitaine Boris Diaw, lequel note qu’il a aussi gagné en constance. S’il a remplacé Mickaël Gelabale dans le cinq par rapport à l’Euro 2013, De Colo répète que la place de titulaire "n’est pas quelque chose (qu’il a) recherché".

"L’équipe de France, c’est vraiment à part, avait-il expliqué avant le début de la préparation estivale. Je cherche juste à me faire une place. Je prendrai toutes les responsabilités qu’on me donnera". Il a toujours opéré ainsi, sans faire de bruit, et cela a toujours fonctionné. Depuis qu’il a été sacré meilleur marqueur de l’Euro U20 en 2007 et MVP de la Pro A l’année suivante, jusqu’à son titre de meilleur joueur de la VTB League en mai dernier. De Colo avance impassible, en silence. Il laisse le succès et le public lillois faire du bruit pour lui.

Championnat d'Europe de Basket