Belgique basket
Depuis deux ans, le basket belge revit : les "Lions" l'ont confirmé à l'Euro 2015 | ILMARS ZNOTINS / AFP

EuroBasket : La Belgique s'est rapprochée des grands d’Europe

Publié le , modifié le

Après avoir battu la Lituanie vice-championne d’Europe au premier tour, les Belges ont résisté pendant une mi-temps à l’ogre grec avant de céder (54-75), ce samedi en huitième de finale de l’EuroBasket. Si le rêve d’une qualification olympique s’est écroulé, les "Lions" n’ont pas à rougir : ils ont marqué leur territoire. Et comptent bien l'étendre.

Deux ans après l’arrivée d’Eddy Casteels à la tête de la sélection belge, en 2007, la Russie était sur le toit de l’Europe alors que les "Belgian Lions" ne s’étaient plus qualifiés pour le tournoi continental depuis près de quinze ans. Huit ans plus tard, les dynamiques se sont complètement renversées. Méconnaissables, les Russes n’ont même pas passé le premier tour de l’EuroBasket 2015. Les Belges, eux, ont rivalisé avec l’ogre grec en huitième de finale (seulement trois points de retard à la mi-temps). "C’est dans la continuité du travail effectué depuis de nombreuses années, estime Axel Hervelle, le pilier de l’effectif rouge et or. On gagne en crédibilité dans notre travail, dans ce qu’on peut apporter au basket européen. Et la structure est en place pour qu’il y ait encore plus de bons résultats dans l’avenir".

"Il faudra faire attention à nous"

Ce travail, c’est celui impulsé par coach Casteels, 55 ans, qui a réalisé toute sa carrière d’entraîneur en Belgique. En 2005, il a fait le pari de relancer une équipe inexistante au plus au niveau (aucune Coupe du monde, aucune médaille européenne, pas de JO depuis plus de 60 ans). Et il l’a tenu. Qualifié pour les huitièmes de finale – puis éliminé – pour la deuxième fois d’affilée à l’Euro, son groupe a conforté sa nouvelle place sur l’échiquier du basket continental. "On a joué notre meilleur basket (contre la Grèce), je n’ai aucun regret, assure le technicien. Depuis onze ans, on progresse avec constance, avec patience". "Le résultat final (-21 points) ne reflète pas du tout notre campagne, ajoute Pierre-Antoine Gilet, qui rappelle que la Belgique a tout de même battu la Lituanie, vice-championne d’Europe, au premier tour. Tous les deux ans, on fait mieux. Il va falloir faire attention à nous dans l’avenir".

Derrière les expérimentés Axel Hervelle (32 ans), Lionel Bosco (34 ans), Matt Lojeski (30 ans, naturalisé depuis 2013) et Wen Mukubu (33 ans), la Belgique possède en effet un intéressant vivier de jeunes pousses dont font partie Pierre-Antoine Gillet (24 ans), Kevin Tumba (24 ans), Emmanuel Lecomte (20 ans) ou Quentin Serron (25 ans). "Je suis fier de faire partie de cette équipe, affirme ce dernier, visiblement ému par l’hommage que venait de lui rendre son coach en conférence de presse ("c’est un nom que vous reverrez dans les années futures"). J’ai hâte de continuer à travailler et à progresser avec les gars. Tous les jeunes sont motivés. La Belgique est un super pays de basket". Désormais, il compte sur la scène continentale. 

Championnat d'Europe de Basket