Les Français De Colo et Lauvergne unis au rebond
Nando De Colo et Joffrey Lauvergne au rebond | AFP - Roni Rekomaa - Lehtikuva

EuroBasket : Face aux Grecs, les Bleus changent de visage

Publié le , modifié le

Suite à leur défaite inaugurale face à la Finlande, les joueurs de Vincent Collet se sont présentés le couteau entre les dents contre une équipe de Grèce qui s'est avérée complètement dépassée dans l’intensité. Bien en place, la défense tricolore a étouffé des Hellènes peu inspirés. Et quand la défense va, c’est toute l’équipe qui déroule offensivement, à l’image du trio Joffrey Lauvergne - Evan Fournier – Nando De Colo avec 58 points en cumulé. Malgré quelques passages à vide en seconde mi-temps, les Français repartent avec une précieuse victoire (95-87) et soulagés avant de rencontrer l'Islande, ce dimanche.

Une entame sur des chapeaux de roues 

Après un début poussif, l’équipe de France se détache grâce à Evan Fournier qui continue de prendre ses responsabilités en attaque. En témoigne ses 9 points marqués en moins de 6 minutes pour valider une série de 15-2 en faveur des Bleus qui prennent le large. Joffrey Lauvergne, bien plus concentré que lors de la défaite inaugurale face à la Finlande (84-86), fait un gros travail à l’intérieur, pourtant pas aidé par son matchup contre Bourousis (2,15m). Le pivot français enchaîne en attaque avec 11 points à la fin du premier quart-temps. Les Français mènent 27-15 à la pause avec un très bon 78% de réussite aux tirs.

Un trio magique

Très bonne entrée en matière de Kevin Séraphin, avec deux paniers au début du second quart-temps. S’il prend confiance, le pivot sera très utile à Vincent Collet pour la suite de la compétition. La frégate grecque est à la dérive, étouffée par le pressing défensif des Français et dépourvue de solutions face à leur vitesse d’exécution offensive. Mais les Helvètes laissent passer l’orage et reviennent à 10 points (41-31) grâce à une contre-attaque amenée par un contre de Thanasis Antetokounmpo sur Louis Labeyrie. Mais c’était sans oublier le sang-froid du Moscovite Nando De Colo, rentrant un important tir primé à 4 minutes de la fin de la 1e mi-temps. La Grèce patauge face à une défense française très bien en place au moment de rejoindre les vestiaires (55-36). Le trio Fournier-Lauvergne-De Colo surnage, avec 36 points à eux trois, soit le même score que toute l’équipe grecque.

La Grèce tente de casser le rythme

Au retour des vestiaires, les Grecs se montrent bien plus bagarreurs. Peut-être même un peu trop : faute technique pour l’un de leurs assistant-coach et bavardages incessants avec les arbitres. Le rythme est cassé mais les Français gardent leur avantage au score (47-66) alors qu’Evan Fournier continue à avoir la main chaude à 5 minutes de la fin du 3e quart-temps (8/10 aux tirs). Thanasis Antetokounmpo est omniprésent, mais trop esseulé, et l’écart stagne autour des 20 points en faveur des joueurs de Vincent Collet malgré les deux balles perdues coup sur coup de Léo Westermann. Trois fautes techniques plus tard, les Grecs semblent se résigner. De bon augure avant d’entamer un ultime quart-temps où, sauf cataclysme, les Français n’auront qu’à gérer leur avantage (57-75).

Le sursaut Grec

Blessés dans leur orgueil, les Grecs enchaînent un 12-2 dès l’entame de la dernière période, dont 3 paniers à 3 points, dont deux pour le seul Printezis, qui pointe alors à 20 points. Voilà les Bleus retombés dans leurs travers (69-77). Les coéquipiers du capitaine Boris Diaw doivent absolument se reprendre défensivement. Dos au mur, la France s’en remet à son franchise player, Nando De Colo, afin de sortir la tête de l’eau. Le MVP 2016 de l’Euroligue ne se fait pas prier pour envoyer un shoot à 3 points qui redonne de l’air à son équipe (74-81). Après un raté de Printezis, Evan Fournier rentre un 2+1 pour offrir 10 points d’avance à des Bleus qui ne sont pas passés loin de la catastrophe. L’orage grec est passé. L’équipe de France récupèreune bonne dynamique et se met définitivement à l’abri sur un tir lointain de Thomas Heurtel dans la dernière minute de la rencontre (94-85) après s’être fait très peur dans cette seconde mi-temps largement en faveur des Grecs. Les cadres ont fait le boulot, Joffrey Lauvergne a impressionné, place à l’Islande pour espérer se rapprocher de la première place du groupe.

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti